L'opposition syrienne d'accord sur une nouvelle coalition

dimanche 11 novembre 2012 17h49
 

par Rania El Gamal et Jonathon Burch

DOHA/CEYLANPINAR, Turquie (Reuters) - Les différentes composantes de l'opposition syrienne réunies à Doha, au Qatar, ont conclu dimanche sous la pression internationale un "accord initial" sur la formation d'une nouvelle instance représentative censée resserrer les rangs rebelles et favoriser la chute du président Bachar al Assad.

Sur le terrain, l'artillerie et des hélicoptères loyalistes ont bombardé les insurgés dans le secteur de Ras al Aïn, près de la frontière turque, dans le nord-est du pays.

Sur le plateau du Golan, l'armée israélienne a procédé à des "tirs de sommation" en direction de la Syrie lorsqu'un obus de mortier tiré au cours d'affrontements entre rebelles et forces fidèles à Bachar al Assad s'est abattu près d'une colonie juive.

"Un accord initial a été signé. La session de la soirée, à partir de 18h00 (15h00 GMT), sera consacrée à l'élection du président de cette instance et de son adjoint", a déclaré à Doha Sadreddine al Bayanouni, un membre des Frères musulmans.

Le nouvel organe, formé des mouvements en exil et de ceux qui opèrent en Syrie, devrait s'appeler "Coalition nationale syrienne de l'opposition et des forces révolutionnaires", a-t-il ajouté.

Leurs alliés arabes et occidentaux pressaient les opposants syriens de mettre fin à leurs divisions, après bientôt vingt mois de révolte contre le régime de Damas et plus de 38.000 morts.

Les délégués à la réunion de Doha, après plusieurs jours de débats difficiles, ont affirmé que la nouvelle instance permettrait aux minorités religieuses et ethniques syriennes de mieux faire entendre leurs voix.

Les groupes qui combattent sur le terrain et qui se plaignent d'être ignorés par l'opposition en exil seront aussi mieux écoutés, ont-ils assuré.   Suite...

 
<p>Combattants de l'Arm&eacute;e libre syrienne &agrave; Ghouta, dans l'est. Les diff&eacute;rentes composantes de l'opposition syrienne r&eacute;unies &agrave; Doha, au Qatar, ont conclu dimanche sous la pression internationale un "accord initial" sur la formation d'une nouvelle instance repr&eacute;sentative cens&eacute;e resserrer les rangs rebelles et favoriser la chute du pr&eacute;sident Bachar al Assad. /Photo prise le 8 novembre 2012/REUTERS/Muhammad Al-Jazari/Shaam News Network/Handout</p>