Les communistes considèrent être dans la majorité politique

jeudi 8 novembre 2012 23h01
 

PARIS (Reuters) - Les communistes français se considèrent toujours membres de "la majorité politique" issue des élections du printemps dernier malgré de "fortes divergences", a déclaré jeudi le secrétaire national du Parti communiste français Pierre Laurent.

Le rejet jeudi, grâce à leur vote, du projet de loi de programmation budgétaire au Sénat, dernière en date des manifestations d'indépendance du Front de gauche, a irrité le Parti socialiste et le gouvernement.

"Nous avons participé à la victoire d'une majorité politique au printemps et nous considérons que nous sommes dans cette majorité politique (...) mais il y a dans cette majorité un débat politique de fond", a dit le sénateur de Paris à la sortie d'un entretien avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

"Nous avons un diagnostic commun sur l'état dans lequel la droite a laissé le pays mais nous avons des divergences fortes sur les solutions à apporter", a-t-il ajouté, admettant que le débat budgétaire "cristallise" les oppositions.

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, a fustigé jeudi les élus Front de gauche qui ont joint leurs votes à l'opposition de droite et provoqué le rejet au Sénat de la loi de programmation budgétaire.

"Nous récusons tous les propos qui consistent à dire que nous faisons cause commune avec la droite", a Pierre Laurent aux critiques qui fusent au Parti socialiste.

Il a ajouté qu'en l'état actuel des choses, il ne pouvait pas s'engager sur un soutien de ses troupes au gouvernement.

"Nous avons argumenté ce soir avec le Premier ministre, nous allons continuer à le faire au parlement et nous prendrons notre décision sur le vote en fonction des résultats de cette discussion", a-t-il ajouté.

Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

 
<p>Les communistes fran&ccedil;ais se consid&egrave;rent toujours membres de "la majorit&eacute; politique" issue des &eacute;lections du printemps dernier malgr&eacute; de "fortes divergences", a d&eacute;clar&eacute; jeudi le secr&eacute;taire national du Parti communiste fran&ccedil;ais Pierre Laurent. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>