Manuel Valls exclut toute régularisation massive d'immigrés

jeudi 8 novembre 2012 22h05
 

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a exclu jeudi toute régularisation massive d'immigrés en présentant au Sénat son projet de loi qui prévoit de remplacer la garde à vue des sans-papiers, devenue illégale, par une "retenue" pouvant aller jusqu'à seize heures.

Le ministre de l'Intérieur a affirmé que la situation économique et sociale ne permettait pas à la France d'augmenter le nombre de régularisations de clandestins par rapport à ce que pratiquait la majorité précédente.

"Je veux dire les choses de la manière la plus explicite pour éclairer le débat: il n'y aura pas de régularisation massive comme en 1981 ou 1997", sous de précédents gouvernements socialistes, a-t-il dit.

"La situation économique et sociale de notre pays nous l'interdit", a-t-il ajouté, répétant que la phrase de l'ancien Premier ministre Michel Rocard restait entièrement d'actualité : "La France ne peut accueillir toute la misère du monde... mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part".

Manuel Valls a cependant souligné que, contrairement à ce qui se passait avec le précédent gouvernement, il n'y aurait plus "d'appréciation discrétionnaire de l'administration" des critères de régularisation.

La France doit aborder la question de l'immigration dans un esprit d'apaisement et de réalisme. Avec générosité mais sans naïveté. Avec fermeté mais sans stigmatiser. Avec le sens de l'intérêt général", a-t-il dit.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

 
<p>Manuel Valls a exclu toute r&eacute;gularisation massive d'immigr&eacute;s en pr&eacute;sentant au S&eacute;nat son projet de loi qui pr&eacute;voit de remplacer la garde &agrave; vue des sans-papiers, devenue ill&eacute;gale, par une "retenue" pouvant aller jusqu'&agrave; seize heures. /Photo prise le 19 septembre 2012/REUTERS/Philippe Wojazer</p>