Les enregistrements de Bettencourt contestés en justice

jeudi 8 novembre 2012 15h41
 

BORDEAUX (Reuters) - Plusieurs personnes mises en examen dans le cadre de l'affaire Bettencourt, dont l'ancien ministre Eric Woerth, ont contesté jeudi devant la cour d'appel de Bordeaux la validité des enregistrements clandestins de l'héritière de L'Oréal.

Les avocats d'Eric Woerth, ancien trésorier de l'UMP, de l'ancien gestionnaire de fortune Patrice de Maistre, du photographe Pierre-Marie Banier et de son compagnon Martin d'Orgeval, tous soupçonnés d'avoir abusé de la faiblesse de Liliane Bettencourt pour en obtenir des sommes d'argent ou de les avoir recelées, ont mis en cause la procédure bordelaise.

Ils ont notamment contesté devant la chambre de l'instruction statuant à huis clos la validité des enregistrements effectués de mi-2009 à mi-2010 au domicile de Liliane Bettencourt par son majordome, Pascal Bonnefoy, et dont le contenu a été largement utilisé pour leur mis en cause.

La chambre de l'instruction saisie par la milliardaire, qui est partie civile, avait jugé en juin 2011 que ces enregistrements pouvaient être utilisés comme moyen de preuve dans le dossier pénal.

"Les poursuites ont été engagées sur la base d'enregistrements dont chacun s'accorde à considérer qu'ils sont une infraction à l'intimité de la vie privée", a indiqué à la presse Pierre Cournut-Gentille, avocat de François-Marie Banier.

"Est-ce qu'on veut dans un état de droit considérer que des poursuites peuvent être engagées sur la base de preuves illégales ? Nous considérons que oui mais à condition qu'il y ait des justifications fortes pour qu'on accepte que les poursuites soient fondées. Ce n'est pas le cas", a-t-il ajouté.

SARKOZY CONVOQUÉ ?

Me Cournut-Gentille pour François-Marie Banier et Martin d'Orgeval, ainsi que les avocats de Patrice de Maistre, ont également demandé l'annulation du mandat d'amener délivré par le juge bordelais Jean-Michel Gentil en décembre 2011 pour les faire conduire dans son bureau sous escorte après deux nuits en prison pour les deux premiers et une nuit pour le troisième.

"Vous savez qu'il a été délivré dans des conditions d'une très grande violence et d'une très grande brutalité alors même que mes clients étaient évidemment disposés à se rendre à toute convocation qui leur serait adressée", a-t-il précisé.   Suite...

 
<p>Patrice de Maistre (&agrave; droite) en compagnie de son avocat. Les avocats d'Eric Woerth, ancien tr&eacute;sorier de l'UMP, de l'ancien gestionnaire de fortune Patrice de Maistre, du photographe Pierre-Marie Banier et de son compagnon Martin d'Orgeval, tous soup&ccedil;onn&eacute;s d'avoir abus&eacute; de la faiblesse de Liliane Bettencourt pour en obtenir des sommes d'argent ou de les avoir recel&eacute;es, ont contest&eacute; jeudi devant la cour d'appel de Bordeaux la validit&eacute; des enregistrements clandestins de l'h&eacute;riti&egrave;re de L'Or&eacute;al. /Photo prise le 8 octobre 2012/REUTERS/Caroline Blumberg</p>