Michel Sapin invite le Medef à bouger sur le travail

jeudi 8 novembre 2012 08h10
 

par Emmanuel Jarry et Catherine Bremer

PARIS (Reuters) - Michel Sapin attend des organisations patronales qu'elles "bougent" sur la réforme du marché du travail après l'annonce mardi par le gouvernement français d'un plan de relance de la compétitivité des entreprises françaises.

Pour le ministre du Travail, "il est possible que le patronat ait attendu de savoir quelle serait la consistance des décisions gouvernementales sur la compétitivité".

"Jusqu'à présent, chacun s'est regardé, c'est au patronat aujourd'hui de prendre des initiatives", a-t-il déclaré dans une interview à Reuters. "Il doit bouger sur la question de la sécurisation de l'emploi et faire des propositions."

"Cette négociation doit aboutir", a-t-il ajouté. "Nous légiférerons de toute façon mais je préfère cent fois légiférer pour mettre en oeuvre un accord."

Les négociations sur la sécurisation de l'emploi en échange d'une plus grande flexibilité du marché du travail ont été temporairement suspendues et doivent reprendre le 15 novembre. Le gouvernement souhaite qu'elles aboutissent d'ici fin 2012.

Les syndicats accusent le Medef, principale organisation patronale, de ne pas jouer le jeu.

Michel Sapin assure que le gouvernement sera "extrêmement exigeant" sur la qualité d'un éventuel accord, qui devra porter sur les quatre sujets sur la table - précarité du travail, ajustements à l'évolution de l'activité, dispositifs de maintien de l'emploi, amélioration des procédures de licenciements collectifs. "Il ne pourra pas y avoir des accords a minima."

Le ministre du Travail estime que la disposition phare du pacte de compétitivité annoncé mardi, un crédit d'impôt de 20 milliards d'euros par an, avec une montée en puissance sur trois ans, est un effort sans précédent en faveur des entreprises.   Suite...

 
<p>Michel Sapin attend des organisations patronales qu'elles "bougent" sur la r&eacute;forme du march&eacute; du travail apr&egrave;s l'annonce mardi par le gouvernement fran&ccedil;ais d'un plan de relance de la comp&eacute;titivit&eacute; des entreprises fran&ccedil;aises. /Photo d'archives/REUTERS/Andrew Winning</p>