Révélations sur l'ex-activiste Battisti gênantes pour Hollande

lundi 5 novembre 2012 16h57
 

PARIS (Reuters) - Un livre d'enquête publié en France apporte de nouveaux éléments sur les soutiens dont aurait bénéficié Cesare Battisti, ex-activiste de l'extrême gauche des "années de plomb" recherché pour assassinats par l'Italie et longtemps réfugié à Paris.

Le soutien apporté par la gauche et François Hollande aurait trahi le point de vue du ministre de la Justice de François Mitterrand, Robert Badinter, dit ce livre du journaliste Karl Laske, "La mémoire du plomb".

L'homme, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité par contumace dans son pays, a pu rester au Brésil malgré un feu vert en 2009 de la Cour suprême du pays à son extradition, que le président Luiz Inacio Lula da Silva a refusé d'exécuter.

Auparavant, Cesare Battisti, ex-membre des "Prolétaires armés pour le communisme" était resté près de deux décennies en France où il bénéficiait de soutiens d'intellectuels et de la gauche, dont celui de François Hollande, alors patron du Parti socialiste, qui lui avait rendu visite à la prison de la Santé en 2004 et s'était opposé à son extradition.

Ecroué le 10 février 2004 puis remis en liberté le 3 mars suivant, après cette visite, il a fui au Brésil après l'arrêt qui autorisait son extradition, rendu le 30 juin et alors suspendu à un recours en cassation.

L'actuel chef de l'Etat évoquait alors une supposée "jurisprudence Mitterrand" censée avoir garanti l'asile aux repentis des "années de plomb", mais le livre avance que Cesare Battisti avait été exclu expressément de cette doctrine.

L'ouvrage contient une note d'avril 1983 du cabinet de Robert Badinter, passant en revue les cas d'activistes italiens demandant l'asile, le jugeant acceptable pour certains, mais où on peut lire à propos de Battisti : "il est par contre exclu qu'il en soit de même à l'égard de M. Cesare Battisti".

Interrogé par l'auteur, Robert Badinter déclare : "(Cesare Battisti) tombait dans la catégorie de ceux pour lesquels nous n'acceptions pas le droit d'asile".

Le livre apporte par ailleurs plusieurs témoignages accréditant l'hypothèse que Carla Bruni, épouse d'origine italienne de Nicolas Sarkozy, a intercédé en faveur de Cesare Battisti quand son mari était à l'Elysée.   Suite...

 
<p>Un livre d'enqu&ecirc;te apporte de nouveaux &eacute;l&eacute;ments sur les soutiens dont aurait b&eacute;n&eacute;fici&eacute; Cesare Battisti. L'ex-activiste d'extr&ecirc;me gauche des "ann&eacute;es de plomb", recherch&eacute; pour assassinats par l'Italie et longtemps r&eacute;fugi&eacute; &agrave; Paris, aurait notamment &eacute;t&eacute; soutenu par une partie de la gauche fran&ccedil;aise dont Fran&ccedil;ois Hollande ainsi que par Carla Bruni lorsqu'elle &eacute;tait &agrave; l'Elys&eacute;e. /Photo prise le 25 mai 2012/REUTERS/Washington Alves</p>