Hollande en quête d'une relation personnelle avec le roi Abdallah

dimanche 4 novembre 2012 18h59
 

par Julien Ponthus

DJEDDAH, Arabie saoudite (Reuters) - François Hollande a cherché à établir des "relations personnelles et de confiance" avec le roi Abdallah d'Arabie saoudite à l'occasion d'un dîner, dimanche, avec le souverain wahhabite.

Arrivé du Liban où il s'est fait l'avocat de l'unité du pays, le président français s'est félicité d'une grande convergence de vue avec le roi sur le dossier syrien et libanais.

"Avec le roi Abdallah, nous avons mis en garde tous ceux qui aimeraient déstabiliser le pays", a-t-il dit lors d'une conférence de presse, mettant aussi en exergue les positions très proches des deux pays sur le nucléaire iranien.

"Je ne suis pas venu signer je ne sais quel contrat", a ajouté le chef de l'Etat français. "C'est une relation personnelle et de confiance qui devait être établie."

François Hollande devant quitter le pays dans la soirée pour un sommet Europe-Asie au Laos, la visite n'a duré que sept heures. Mais elle sera suivie d'une tournée dans la région début 2013, lors de laquelle il pourra rencontrer plus longuement les dirigeants saoudiens.

Des observateurs estiment que le partenariat entre les deux pays s'est dégradé sous la présidence de Nicolas Sarkozy au profit d'une "lune de miel" avec le Qatar, une vision qui agace des diplomates français.

"Le Qatar est à l'Arabie saoudite ce que Monaco est à la France", explique l'un d'eux pour expliquer en quoi les relations avec l'émirat ne peuvent se substituer au partenariat avec l'Arabie saoudite, un pays environ 200 fois plus grand et 15 fois plus peuplé.

"FLOTTEMENT"   Suite...

 
<p>Fran&ccedil;ois Hollande et le roi Abdallah d'Arabie saoudite &agrave; Djeddah. Arriv&eacute; du Liban o&ugrave; il s'est fait l'avocat de l'unit&eacute; du pays, le pr&eacute;sident fran&ccedil;ais s'est f&eacute;licit&eacute; d'une grande convergence de vue avec le roi d'Arabie Saoudite sur le dossier syrien et libanais. /Photo prise le 4 novembre 2012/ REUTERS/Agence de presse saoudienne</p>