2 novembre 2012 / 13:23 / dans 5 ans

Hollande intègre le Liban dans sa tournée diplomatique éclair

<p>Fran&ccedil;ois Hollande sera dimanche matin au Liban, une &eacute;tape initialement non pr&eacute;vue de la tourn&eacute;e diplomatique &eacute;clair de deux jours qui doit le mener en Arabie saoudite et au Laos. /Photo prise le 26 octobre 2012/REUTERS/Philippe Wojazer</p>

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - François Hollande sera dimanche matin au Liban, une étape initialement non prévue de la tournée diplomatique éclair de deux jours qui doit le mener en Arabie saoudite et au Laos.

Le président français doit s‘entretenir avec son homologue libanais Michel Sleimane, qu‘il avait déjà rencontré pour un dîner de travail à l‘Elysée en juillet.

François Hollande a multiplié les déclarations de soutien et les appels à l‘unité du Liban après l‘attentat à la voiture piégée qui a coûté la vie en octobre au chef des renseignements libanais et ravivé le spectre d‘un retour à la guerre civile.

Les obsèques de Wissam al Hassan, dont la mort est attribuée par l‘opposition libanaise aux services de Damas, ont tourné aux manifestations violentes contre le gouvernement, accusé de collusion avec le régime syrien.

François Hollande a notamment dénoncé des “tentatives de déstabilisation” du Liban, un message interprété comme une mise en garde à la Syrie.

Le Liban, où les plus hautes fonctions sont réparties selon des critères confessionnels, est en proie à des tensions entre partisans et adversaires du président syrien Bachar al Assad.

L‘entourage du chef de l‘Etat ne pouvait dans l‘immédiat donner plus de détails sur ce déplacement, première étape d‘une tournée diplomatique qui constituera son premier déplacement au Moyen-Orient, en Arabie saoudite, et la première visite d‘un président de la République au Laos.

En 48 heures, le chef de l‘Etat aura rencontré, outre le président libanais, le roi Abdallah d‘Arabie saoudite et représenté la France au neuvième sommet Europe-Asie à Vientiane, où l‘attend une série d‘entretiens bilatéraux, notamment avec le Premier ministre chinois Wen Jiabao.

ACCÉLÉRATION DU TEMPS POLITIQUE

Aux nostalgiques qui regrettent l’époque des longues tournées diplomatiques comme celle de trois semaines effectuée en 1964 par le général de Gaulle en Amérique du Sud, l‘entourage de François Hollande oppose “l‘accélération du temps politique”.

On note également que François Hollande n‘est pas le premier président à s‘adonner à des déplacements courts et que son prédécesseur Nicolas Sarkozy n‘aimait guère s‘attarder durant ses déplacements à l’étranger.

Ses conseillers avancent aussi l‘obligation de rentabiliser au mieux l‘agenda du président tout en remplissant ses impératifs diplomatiques.

Ainsi, François Hollande n‘avait pas encore rencontré le roi d‘Arabie saoudite, partenaire majeur de la France dans la région et ce dernier ne quitte que très rarement son pays.

“Si vous voulez voir le roi, il faut y aller”, explique un conseiller diplomatique, qui ajoute que si François Hollande a déjà eu l‘occasion de rencontrer les dirigeants du Qatar, il est important pour le président d’établir un contact direct avec le chef de la famille royale saoudienne.

Il n‘est pas question, du moins officiellement, de rééquilibrer les relations de la France du Qatar vers l‘Arabie saoudite, mais d‘aborder à la fois les questions bilatérales et les grands dossiers de la région, comme la question du nucléaire iranien et le conflit syrien.

Les diplomates de l‘Elysée ne mettent pas non plus en avant une “diplomatie de contrat”, même si la France négocie actuellement la modernisation de frégates saoudiennes et qu‘elle espère tirer son épingle du jeu dans le vaste plan de modernisation des infrastructures du royaume.

La ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq sera du voyage et restera sur place après le départ de François Hollande.

Ce dernier ne veut pas non plus, selon ses conseillers, occulter la question des droits de l‘Homme: il pourrait rencontrer des représentants de la société civile et prendre acte de “l’évolution graduelle” de la société saoudienne.

Le sommet Europe-Asie du Laos rassemblera 49 pays et est un rendez-vous important pour la diplomatie française.

Outre le Premier ministre chinois, François Hollande doit rencontrer, entre autres, le Premier ministre du Vietnam et le président et le Premier ministre du Laos.

Edité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below