Nouvelle demande d'enquête parlementaire sur l'affaire Merah

vendredi 2 novembre 2012 16h56
 

PARIS (Reuters) - Les radicaux de gauche réclament, après les écologistes, une commission d'enquête parlementaire sur les failles de l'affaire Merah, au lendemain de l'hommage rendu aux victimes par François Hollande et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le président de la Commission des lois de l'Assemblée nationale, le socialiste Jean-Jacques Urvoas, a souligné vendredi qu'une ordonnance interdisait la création d'une telle enquête parlementaire sur des faits faisant l'objet de poursuites judiciaires, comme c'est le cas pour les meurtres commis pour ce jeune homme se réclamant d'Al Qaïda.

Mais le président du groupe Radical, républicain, démocrate et progressiste (RDDP), Roger-Gérard Schwartzenberg, qui fait partie de la majorité actuelle, affirme que ce texte a toujours été interprété avec souplesse.

"L'existence de poursuites judiciaires n'interdit pas la création d'une commission d'enquête, mais restreint seulement son champ d'investigation aux faits n'ayant pas donné lieu à poursuites, ce qui est le cas en l'espèce", écrit-il.

Il rappelle dans un communiqué que des commissions d'enquêtes ont été crées sur des sujets comme les sectes. Les familles des victimes ont aussi réclamé une telle enquête.

François Hollande a admis jeudi des failles dans la surveillance du jeune militant islamiste Mohamed Merah, qui a tué sept personnes à Toulouse et Montauban en mars dernier, par les services de la sécurité intérieure (DCRI).

Selon les quotidiens Libération et le Parisien de jeudi, les agents toulousains chargés du suivi de Mohamed Merah, le patron local de la DCRI et un brigadier du nom d'Hassan, ont demandé sans succès en juin 2011 à leurs supérieurs parisiens l'ouverture d'une enquête judiciaire à son encontre.

"Toute la lumière sur ce qui s'est passé sera faite. Je m'engage une nouvelle fois devant vous, c'est-à-dire devant les familles, devant les Français, pour que toute la vérité soit faite", a dit François Hollande jeudi, lors de son hommage aux familles des victimes à Toulouse.

"L'ANTISÉMITISME CONTINUE"   Suite...

 
<p>Devant l'immeuble dans lequel Mohamed Merah a &eacute;t&eacute; tu&eacute; &agrave; l'issue d'un assaut de la police en mars dernier. Les radicaux de gauche r&eacute;clament, apr&egrave;s les &eacute;cologistes, une commission d'enqu&ecirc;te parlementaire sur les failles de l'affaire Mohamed Merah. /Photo prise le 23 mars 2012/REUTERS/Jean-Paul P&eacute;lissier</p>