15 juin 2012 / 16:57 / il y a 5 ans

Jean-Marc Ayrault dénonce les "discours de Tartuffe" de l'UMP

LA MONTAGNE, Loire-Atlantique (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a condamné vendredi “les discours de Tartuffe et d‘hypocrites” de l‘UMP à l’égard du Front national lors d‘un déplacement de soutien à une candidate socialiste à La Montagne (Loire-Atlantique), où le FN a appelé à voter pour le député UMP sortant au second tour des élections législatives.

<p>Jean-Marc Ayrault a condamn&eacute; vendredi "les discours de Tartuffe et d'hypocrites" de l'UMP &agrave; l'&eacute;gard du Front national lors d'un d&eacute;placement de soutien &agrave; une candidate socialiste aux l&eacute;gislatives &agrave; La Montagne, en Loire-Atlantique. /Photo prise le 10 juin 2012/REUTERS/Stephane Mah&eacute;</p>

Philippe Boënnec, candidat dimanche à sa réélection, a obtenu 22,85% des voix au soir du premier tour, contre 23,46% pour Monique Rabin (PS).

Il a sollicité le soutien de sa rivale Marguerite Lussaud (FN), qui avait recueilli 5,79 % des voix, pour « s‘opposer à une politique hégémonique du Parti socialiste, faite de dérives sociétales et de toujours plus d‘impôts ».

Celle-ci le lui a accordé après avoir reçu le feu vert de Marine Le Pen, « considérant les discussions que j‘ai pu avoir avec lui ces derniers jours et les garanties qu‘il a pu m‘apporter”.

“J‘attendais que M. Fillon condamne ce discours, en fait il l‘a soutenu”, a déclaré vendredi aux journalistes le Premier ministre, en marge d‘une distribution de tracts de militants de gauche.

L‘UMP a adopté pour le second tour des élections législatives la stratégie controversée du “ni ni” - ni soutien à la gauche, ni soutien au Front national - tout en excluant tout accord avec le parti de Marine Le Pen.

L‘ancien Premier ministre François Fillon, qui s’était affranchi de cette ligne aux cantonales de 2011, s‘est rangé derrière cette consigne et est allé soutenir mercredi en Meurthe-et-Moselle Nadine Morano, qui en a ouvertement appelé aux électeurs FN.

“Alors, qu‘est-ce que ça veut dire ce discours de Tartuffe, ce discours d‘hypocrites, quand on dit d‘un côté ‘Nous ne voulons pas d‘accord avec le Front national’ et que, de l‘autre, un député en passe un en bonne et due forme ? Cela ne veut plus rien dire.”

”Les dirigeants de l‘UMP ont joué sur les mots, ils ont fait semblant de critiquer le Front national, mais en pratiquant le « ni ni », ils se sont reniés », a ajouté Jean-Marc Ayrault.

Philippe Boënnec, député-maire de Pornic (Loire-Atlantique), a affirmé de son côté n‘avoir « conclu aucun pacte » ni « fait aucune promesse » à la candidate FN.

”Je sais que les électeurs centristes peuvent être déstabilisés, mais je suis convaincu qu‘ils me comprendront et qu‘ils me feront confiance », dit-il dans un communiqué.

Outre le soutien de l‘ancien Premier ministre François Fillon, ce dernier a aussi reçu celui de l‘ancien président de l‘Assemblée nationale Bernard Accoyer ou du député MoDem Jean Lassalle.

Guillaume Frouin, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below