Pas de sortie de la crise de l'emploi en vue selon l'ONU

lundi 30 avril 2012 08h10
 

GENEVE (Reuters) - L'austérité budgétaire et les réformes brutales du marché du travail n'ont pas permis la création d'emplois et provoqué au contraire une situation "préoccupante" sur le marché mondial du travail, qui ne montre aucun signe d'amélioration, a estimé dimanche l'Organisation internationale du travail (OIT).

Dans les pays développés, en particulier en Europe, le chômage ne devrait pas retrouver son niveau d'avant la crise de 2008 avant la fin 2016 - deux ans plus tard que ce qui était prévu jusqu'à présent - en raison notamment de la diminution de la production, ajoute le rapport annuel de l'OIT sur le monde du travail.

Le nombre de personnes sans emploi dans le monde était estimé à 196 millions à la fin de l'année dernière et ce chiffre devrait s'élever à 202 millions en 2012, soit un taux de chômage mondial de 6,1%, précise l'agence de l'Onu.

"L'austérité n'a pas conduit à davantage de croissance", a commenté dimanche devant la presse Raymond Torres, directeur de l'Institut international d'études sociales de l'OIT.

"Les réformes du marché du travail conçues dans l'urgence ne peuvent pas non plus apporter d'amélioration à court terme", a-t-il ajouté. "Ces réformes adoptées en situation de crise conduisent généralement à davantage de suppressions d'emplois et à très peu de créations d'emplois, au moins à court terme."

Le marché du travail s'est globalement dégradé depuis six mois, avec un ralentissement particulièrement marqué dans les pays européens, a déploré Raymond Torres. Le chômage est à la hausse dans de nombreux pays, y compris dans les deux-tiers des pays européens.

"RYTHME RÉALISTE"

"L'obsession de l'austérité budgétaire dans beaucoup de pays de la zone euro renforce la crise de l'emploi et pourrait conduire à une nouvelle récession en Europe", a-t-il mis en garde.

Seuls six pays développés ont vu leur taux d'emploi augmenter depuis 2007: l'Allemagne, l'Autriche, Israël, le Luxembourg, Malte et la Pologne.   Suite...

 
<p>L'aust&eacute;rit&eacute; budg&eacute;taire et les r&eacute;formes brutales du march&eacute; du travail n'auraient pas permis la cr&eacute;ation d'emplois et provoqu&eacute; au contraire une situation "pr&eacute;occupante" sur le march&eacute; mondial du travail, qui ne montrerait aucun signe d'am&eacute;lioration. /Photo d&rsquo;archives/REUTERS/Chris Helgren</p>