A nouveau mis en examen, Ziad Takieddine accuse Nicolas Sarkozy

mardi 24 avril 2012 14h07
 

PARIS (Reuters) - L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine a été à nouveau mis en examen mardi, pour "blanchiment et recel d'abus de biens sociaux aggravés", dans l'enquête sur une possible corruption en marge de la présidentielle de 1995, a-t-on appris auprès de son avocate, Samia Maktouf.

A son arrivée au pôle financier du tribunal de Paris, il s'en est pris à Nicolas Sarkozy - dont plusieurs proches sont mis en examen aussi dans ce dossier - n'hésitant pas à s'adresser aux électeurs pour leur demander de le chasser de l'Elysée.

"Je m'adresserai aux Français pour leur dire à qui ils vont avoir affaire s'ils ne font pas les choses qu'on leur offre de faire, (...) éradiquer ce système de corruption qui vous mène depuis quelques années, depuis 1995, et en tout cas fortifié aujourd'hui", a-t-il dit aux journalistes.

Il a mis en cause "un système qui gère la France et qui a la tête quelqu'un qui s'appelle peut-être le président de la République".

Il propose aux électeurs de voter pour quelqu'un de "propre", sous-entendu François Hollande, pour lequel il a déjà annoncé sa préférence auparavant. A la sortie du bureau des juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire, il a annoncé par ailleurs le lancement d'un site internet.

Il publiera des documents à l'adresse www.takieddine.fr pour "mettre la vérité en face des Français", a-t-il dit à Reuters.

Mis en examen une première fois pour "complicité et recel d'abus de biens sociaux" fin 2011, Ziad Takieddine est mis en cause en raison de nouvelles découvertes à l'étranger, le parquet ayant donné son feu vert à des poursuites sur le blanchiment sur demande des juges d'instruction.

Ces derniers sont sur la piste d'un possible détournement de commissions légales convenues en marge de la vente de sous-marins au Pakistan (84 millions d'euros) et de frégates à l'Arabie saoudite (200 millions d'euros) dans les années 1990. Un attentat à Karachi, au Pakistan, en 2002 où 11 Français sont morts pourrait être lié.

ARGENT VOYAGEUR   Suite...

 
<p>L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine a &eacute;t&eacute; &agrave; nouveau mis en examen mardi, pour "blanchiment et recel d'abus de biens sociaux aggrav&eacute;s", dans l'enqu&ecirc;te sur une possible corruption en marge de la pr&eacute;sidentielle de 1995. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>