"I am not dangerous" pour la finance, dit Hollande à Londres

mercredi 29 février 2012 21h13
 

par Elizabeth Pineau et Catherine Bremer

LONDRES (Reuters) - "I'm not dangerous". En visite à Londres, berceau de la "City", François Hollande a plaidé mercredi pour une meilleure régulation de la finance européenne et reçu, sur ce point, le soutien de l'opposition travailliste au Royaume-Uni.

Ce thème de la "finance folle" a constitué le fil rouge du déplacement du candidat socialiste à l'élection présidentielle, qui a rencontré le chef du Labour Ed Miliband, prononcé un discours devant des étudiants du King's College et présidé une réunion publique.

"I'm not dangerous" ("Je ne suis pas dangereux"), a plaisanté l'ancien premier secrétaire du PS, accueilli à sa descente de l'Eurostar par une trentaine de militants. "Nous avons besoin de davantage de régulation, partout."

François Hollande, qui a fait de la finance son "principal adversaire" dans la campagne, a plaidé avec Ed Miliband pour une "approche commune" vers plus de régulation et de justice en Europe.

"Je voulais venir ici à Londres pour rencontrer Ed Miliband pour dire ensemble que nous souhaitons que la croissance en Europe puisse être encouragée, stimulée et que nous avons besoin d'une Europe qui ait cette vision", a-t-il dit lors d'une conférence de presse dans le bureau de son hôte au Parlement.

"Nous sommes aussi venus ici à Londres pour dire que la finance doit être au service de l'économie, doit permettre de créer de la richesse et non pas s'enrichir sur l'activité économique réelle", a ajouté le candidat.

C'est "la finance non régulée" qui est à l'origine de la crise de 2007, a souligné Ed Miliband. "Nous devons réformer la façon dont fonctionne la finance et le capitalisme (...) Nous sommes deux dirigeants qui avons une approche commune".

Alors que la Grande-Bretagne taxe à 50% ses plus hauts revenus, François Hollande a de nouveau justifié son choix, très commenté en France, de taxer à 75% les personnes qui gagnent plus d'un million d'euros par an.   Suite...

 
<p>En visite &agrave; Londres, berceau de la "City", Fran&ccedil;ois Hollande, ici avec le chef du Labour Ed Miliband, a plaid&eacute; mercredi pour une meilleure r&eacute;gulation de la finance europ&eacute;enne et soulign&eacute; la n&eacute;cessit&eacute; d'une approche commune sur ce point avec l'opposition travailliste au Royaume-Uni. /Photo prise le 29 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Lefteris Pitarakis/Pool</p>