Soeur Marie Simon-Pierre raconte sa "seconde naissance"

lundi 17 janvier 2011 21h45
 

par Jean-François Rosnoblet

AIX-EN-PROVENCE, Bouches-du-Rhône (Reuters) - Une religieuse française de 49 ans, soeur Marie Simon-Pierre, a livré lundi le témoignage de sa guérison de la maladie de Parkinson, une "seconde naissance" à l'origine de la béatification, le 1er mai prochain, de feu le pape Jean-Paul II.

Elle affirme avoir été guérie par l'intercession de l'ancien pape en juin 2005, deux mois après la mort du souverain pontife. Sa maladie, diagnostiquée en 2001, a subitement disparu selon elle après plusieurs jours de prières pour le pape disparu.

"Ça s'est passé dans la nuit du 2 au 3 juin. Quand je me suis levée, vers quatre heures et demie du matin, j'étais guérie", a-t-elle raconté devant la presse à l'archevêché d'Aix-en-Provence.

"A mon réveil, j'ai bien senti que je n'étais plus la même. Il n'y avait plus cette raideur des muscles, je pouvais me mouvoir normalement. Pour moi, c'est une nouvelle naissance, c'est ma seconde naissance", a-t-elle ajouté.

La veille, soeur Marie Simon-Pierre avait annoncé à sa supérieure son intention d'arrêter son travail de surveillante dans une maternité de Puyricard, près d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), en raison de l'aggravation de la maladie.

"Je lui ai dit de prendre un crayon et d'écrire le nom de Jean-Paul II", se souvient la supérieure générale de l'Institut des petites soeurs des maternités catholiques, mère Marie Thomas. "J'ai vu l'écriture très abîmée et illisible. Au fond de moi, je me suis dit qu'il n'y avait plus rien à faire qu'espérer".

Le Vatican a attribué à Jean Paul II le miracle de la guérison de soeur Marie Simon-Pierre, atteinte de la maladie de Parkinson comme l'était aussi le pape.

Les docteurs envoyés par le Vatican ont affirmé qu'il n'y avait aucune explication médicale à sa guérison, même si des doutes ont surgi l'an passé sur la validité du miracle.   Suite...

 
<p>Soeur Marie Simon-Pierre, une religieuse fran&ccedil;aise de 49 ans, a livr&eacute; lundi le t&eacute;moignage de sa gu&eacute;rison de la maladie de Parkinson, une "seconde naissance" &agrave; l'origine de la b&eacute;atification, le 1er mai prochain, de feu le pape Jean-Paul II. Elle affirme avoir &eacute;t&eacute; gu&eacute;rie par l'intercession de l'ancien pape en juin 2005, deux mois apr&egrave;s la mort du souverain pontife. /Photo prise le 17 janvier 2011/REUTERS/Jean-Paul P&eacute;lissier</p>