Trois mises en examen après une défenestration collective

lundi 25 octobre 2010 17h20
 

PARIS (Reuters) - Trois personnes ont été mises en examen à Versailles (Yvelines) lundi après la chute collective de onze personnes d'un immeuble, dans laquelle a péri un enfant de quatre mois, a déclaré le procureur local.

L'hypothèse d'une crise de délire mystique, durant laquelle les personnes auraient voulu fuir ce qu'ils croyaient être le diable, a fait place à celle d'une querelle familiale, a dit lors d'une conférence de presse Michel Desplan.

"Il n'est pas question de satanisme ou de Satan", a dit le magistrat aux journalistes.

L'histoire qui s'est déroulée à l'aube samedi dans un immeuble HLM de La Verrière avait fait le tour du monde durant le week-end, du fait des explications d'une adjointe du procureur, qui se basaient sur les affirmations du principal responsable présumé de l'affaire.

Il expliquait avoir été pris pour le diable alors qu'il se levait au milieu de la nuit pour donner le biberon à un enfant. Cette version est contredite par les autres protagonistes qui font état d'une agression de sa part, a dit le procureur.

L'homme a été mis en examen pour "coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", et son beau-frère et sa belle-soeur pour violences volontaires. Le parquet a demandé le placement en détention des deux premiers, point qui devait être tranché par un juge.

L'homme aurait en fait provoqué pour un motif encore inconnu une querelle qui aurait dégénéré en bagarre au couteau, poussant une partie de la famille à sauter par la fenêtre.

Onze personnes, dont quatre enfants, ont alors chuté du deuxième étage, ce qui a provoqué la mort d'un nouveau-né et des blessures pour d'autres protagonistes.

Thierry Lévêque, avec Nicolas Bertin, édité par Yves CLarisse

 
<p>Trois personnes ont &eacute;t&eacute; mises en examen &agrave; Versailles (Yvelines) lundi apr&egrave;s la chute collective de onze personnes d'un immeuble, dans laquelle a p&eacute;ri un enfant de quatre mois. L'hypoth&egrave;se d'une crise de d&eacute;lire mystique, durant laquelle les personnes auraient voulu fuir ce qu'ils croyaient &ecirc;tre le diable, a fait place &agrave; celle d'une querelle familiale. /Photo d'archives/REUTERS/</p>