L'opposition à la réforme des retraites se radicalise

mardi 12 octobre 2010 12h09
 

PARIS (Reuters) - L'opposition à la réforme des retraites en France est entrée mardi dans une phase de radicalisation pour tenter de faire plier le gouvernement par le biais de manifestations de masse et de grèves reconductibles.

Le gouvernement a tenté de couper l'herbe sous les pieds des centrales syndicales en faisant adopter au Sénat les principales mesures de son projet de loi avant cette nouvelle journée de mobilisation qui sera rééditée samedi dans toute la France.

Après les députés, les sénateurs ont adopté lundi soir le report de 60 à 62 ans de l'âge légal de départ à la retraite et de 65 à 67 ans de l'âge pour une retraite à taux plein, avec quelques concessions pour les parents de familles nombreuses.

La stratégie du gouvernement est claire: le coeur de la réforme adopté par la représentation nationale, la contestation n'a plus de raison d'être et le mouvement devrait s'étioler.

Mais les syndicats estiment que rien n'est joué alors que six Français sur dix, selon deux sondages CSA et BVA, sont favorables à une montée en puissance des actions.

Ils entendent réunir plus de manifestants que lors des précédentes mobilisations, qui avaient selon eux rassemblé entre deux et trois millions de personnes, et espèrent le succès des grèves reconductibles dans certains secteurs stratégiques, comme l'énergie, les ports ou les transports.

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, fait porter la responsabilité de cette radicalisation sur un gouvernement qui serait sourd à la contestation.

"Le sentiment qui est en train de s'installer, c'est que le gouvernement ne peut comprendre que s'il y a blocage", a-t-il dit sur France 2. "Je lance un dernier appel au gouvernement (...) le gouvernement doit écouter, il doit entendre, il doit proposer une solution".

LE PRÉCÉDENT DU CPE   Suite...

 
<p>La France s'appr&ecirc;te mardi &agrave; vivre au ralenti avec un durcissement attendu de l'opposition au projet de r&eacute;forme des retraites. /Photo prise le 24 juin 2010/REUTERS/Vincent Kessler</p>