Semaine sous tension dans la bataille sur les retraites

lundi 11 octobre 2010 21h54
 

Avant cette nouvelle semaine d'action syndicale, soutenue par l'opposition de gauche, les responsables de droite ont multiplié les appels pour éviter une mobilisation massive dans les lycées, où la contestation s'est accrue la semaine dernière.

Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a dénoncé "l'irresponsabilité de personnes qui veulent mettre les lycéens en danger".

"Manifester sur la voie publique c'est dangereux", a-t-il souligné sur France Info. "Les lycéens n'ont rien à faire dans la rue", a renchéri le chef des députés UMP, Jean-François Copé, dimanche sur Radio J.

"On verra demain, mais la mobilisation est là. Il n'y a pas de raison que ça s'arrête", a répondu Victor Colombani, président de l'Union nationale lycéenne (UNL), à Reuters.

L'Unef, première organisation étudiante, a également appelé à une journée "facs mortes" mardi.

Dans les transports, la SNCF et la RATP prévoient d'importantes perturbations.

Le secteur aérien sera lui aussi perturbé avec un trafic réduit de 50% à Orly et de 30% à Roissy, selon la direction générale de l'aviation civile (DGAC).

Selon un sondage Ipsos pour Europe 1, une large majorité des Français estime que les grèves dureront en fait plusieurs jours.

Service France, édité par Yves Clarisse et Patrick Vignal

 
<p>Pr&eacute;paratifs de militants de la FSU, lundi &agrave; Marseille. Syndicats et gouvernement abordent une phase d&eacute;cisive dans leur bras de fer sur la r&eacute;forme des retraites avec deux nouvelles journ&eacute;es d'action, mardi et samedi, tandis que l'examen du texte se poursuit au S&eacute;nat. /Photo prise le 11 octobre 2010/REUTERS/Jean-Paul P&eacute;lissier</p>