La France va retirer l'essentiel de ses troupes du Sénégal

mardi 8 juin 2010 21h13
 

LIVRE BLANC

"Comme l'a rappelé le président (Nicolas Sarkozy) lors du sommet (franco-africain) de Nice, l'objectif principal de notre coopération de défense est d'aider l'Afrique à mettre sur pied son propre système de sécurité collective, à côté de notre action traditionnelle de formation des cadres des armées nationales", indique le communiqué.

"En application des choix arrêtés dans le Livre Blanc sur la défense et la sécurité, le dispositif français pré-positionné comprendra une base sur la façade occidentale de l'Afrique, au Gabon, une base sur sa façade orientale, à Djibouti, ainsi qu'un pôle opérationnel de coopération à vocation régionale, au Sénégal".

"Avec les forces stationnées à la Réunion, ils ont pour vocation d'appuyer la montée en puissance des brigades en attente des quatre organisations régionales africaines (CEDEAO, CEEAC, SADC et EASBRICOM)", souligne le communiqué.

L'année 2010 est importante pour les relations franco-africaines notamment en raison du 50e anniversaire de l'accession à l'indépendance du Sénégal et d'autres anciennes colonies.

Quatorze pays africains seront d'ailleurs invités aux cérémonies du 14-Juillet à Paris.

Le gouvernement du président Abdoulaye Wade avait espéré un temps que la décision soit prise avant le 50e anniversaire de l'accession à l'indépendance du Sénégal célébré le 4 avril dernier.

"Ca a été un long processus qui vient d'aboutir et tout est bien qui finit bien. La France est un pays ami, c'est également un partenaire stratégique du Sénégal, nous gardons toujours notre coopération et c'est cela le plus important," a déclaré Mamadou Bamba Ndiaye, porte-parole du président Wade.

Membre de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le Sénégal cherche à préserver son influence dans la région.

A l'instar d'autres pays comme l'Afrique du Sud, Dakar veut aussi faire entendre sa voix sur le continent et au-delà, notamment dans la perspective d'un élargissement futur du Conseil de sécurité de l'Onu.

Mark John et Diadie Ba; Pascal Liétout et Marine Pennetier pour le service français