L'homme taxé de polygamie par Brice Hortefeux contre-attaque

lundi 26 avril 2010 21h28
 

"TRAITE DES ÊTRES HUMAINS"

Depuis dimanche, le ministre de l'Immigration, Eric Besson, qui étudie le dossier d'une éventuelle déchéance de la nationalité de Liès Hebbadj, fait preuve d'une grande prudence, en plein débat sur l'interdiction du voile intégral.

Dimanche, il a reconnu qu'il serait délicat de prouver sa polygamie. Lundi après avoir évoqué une "adaptation législative" du code de la nationalité, il a précisé qu'il faudrait y procéder seulement "si on estimait que c'est indispensable".

L'homme, âgé d'une trentaine d'années, n'est pas décrit par les pouvoirs locaux comme un extrémiste. Il tient une boucherie halal dans le sud de Nantes et préside une association culturelle musulmane à Rezé, dans la banlieue nantaise.

Il ne serait marié civilement qu'avec une de ses compagnes.

Aucun des deux délits évoqués par Brice Hortefeux ne peut provoquer la déchéance de nationalité.

L'annulation de sa naturalisation peut être obtenue, sur avis conforme du Conseil d'Etat, s'il est prouvé que l'homme était déjà marié civilement au moment du mariage de 1999 et a donc obtenu sa naturalisation "par mensonge ou par fraude".

La gauche a déploré un coup médiatique de la part de la droite, qui se servirait de cette affaire pour promouvoir sa future loi sur l'interdiction du port du voile intégral.

Pour Manuel Valls, les déclarations de Brice Hortefeux conduisent à un amalgame dangereux pour la République.   Suite...

 
<p>Li&egrave;s Hebbadj, le compagnon d'une femme verbalis&eacute;e pour avoir conduit sa voiture v&ecirc;tue d'un voile int&eacute;gral d&eacute;ment &ecirc;tre polygame, comme l'en soup&ccedil;onne le ministre de l'Int&eacute;rieur, Brice Hortefeux. /Photo prise le 26 avril 2010/REUTERS/St&eacute;phane Mah&eacute;</p>