64% des Français contre l'arrivée de Jean Sarkozy à l'Epad

vendredi 16 octobre 2009 09h30
 

PARIS (Reuters) - Près de deux Français sur trois (64%) sont hostiles à la candidature de Jean Sarkozy à la présidence de l'Etablissement public d'aménagement de la Défense (Epad), selon un sondage CSA publié par Le Parisien-Aujourd'hui en France.

D'après cette enquête, réalisée les 14 et 15 octobre auprès de 1.004 personnes, le trouble est perceptible à droite, puisque 51% des sympathisants de droite perçoivent comme une "mauvaise chose" l'arrivée du fils du chef de l'Etat à la présidence de l'Epad.

Dans une interview publiée ce vendredi par Le Figaro, Nicolas Sarkozy estime que son fils a le droit de viser ce poste et qu'il n'y a en la matière aucune forme de népotisme.

L'opposition accuse Nicolas Sarkozy de népotisme au profit de son fils de 23 ans, conseiller général des Hauts-de-Seine et étudiant en deuxième année de droit, qui serait appelé à gérer le premier quartier d'affaires d'Europe.

Au-delà de ce dossier, le sondage BVA-Le Parisien illustre ce que le journal qualifie de "malaise" de sympathisants de droite "déboussolés". Ainsi l'idée de la cagnotte pour lutter contre l'absentéisme scolaire est désapprouvée par 69% des sympathisants de droite (67% des Français).

La taxe carbone est considérée comme une "mauvaise chose" pour 52% d'entre eux (59% des Français).

En revanche, 62% des électeurs de droite approuvent le soutien affiché par Nicolas Sarkozy à son ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand. Ce chiffre tombe à 40% pour l'ensemble des sondés.

L'extension du Revenu de solidarité active (RSA) aux moins de 25 ans est soutenue elle par 71% des sympathisants de droite (le chiffre est identique pour l'ensemble des sondés), l'ouverture à gauche saluée par 77% (63%) et la fermeture de la "jungle" de Calais accueillie favorablement par 66% (42%).

Henri-Pierre André

 
<p>Pr&egrave;s de deux Fran&ccedil;ais sur trois (64%) sont hostiles &agrave; la candidature de Jean Sarkozy &agrave; la pr&eacute;sidence de l'Etablissement public d'am&eacute;nagement de la D&eacute;fense (Epad), selon un sondage CSA publi&eacute; par Le Parisien-Aujourd'hui en France. /Photo prise le 5 septembre 2009/REUTERS/Olivier Pon</p>