Jean Sarkozy reçoit l'appui de son père et de la droite

mardi 13 octobre 2009 21h42
 

"J'ai le sentiment (...) que nous avons de nouveau affaire à une chasse à l'homme. Après Frédéric Mitterrand, il faut abattre Jean Sarkozy. Qui sera le prochain sur la liste?", s'est interrogé sur LCI le ministre de l'Education nationale.

De son côté, le président du conseil régional d'Ile-de-France, le socialiste Jean-Paul Huchon, s'est inquiété "d'une dérive monarchique".

"Normalement, pour diriger un établissement de ce type, il faut avoir un peu d'expérience quand même, de l'expertise financière notamment, immobilière, de la maturité", a-t-il dit sur France 2.

La présidente du Medef, Laurence Parisot, a jugé, elle, que les diplômes de Jean Sarkozy, simple titulaire du baccalauréat, ne remettaient pas en cause ses compétences.

"Je trouve formidable que quelqu'un de jeune et engagé puisse avoir l'ambition de diriger un établissement public de cette nature", a-t-elle dit lors d'un point de presse.

Sophie Louet et Clément Dossin, avec Emile Picy et Elizabeth Pineau, édité par Gilles Trequesser

 
<p>Nicolas Sarkozy a vol&eacute; mardi au secours de son fils Jean, dont la promotion annonc&eacute;e &agrave; la t&ecirc;te de l'Etablissement public d'am&eacute;nagement de La D&eacute;fense (Epad) a &eacute;t&eacute; quasi unanimement soutenue par la droite. /Photo prise le 30 juin 2009/REUTERS/Philippe Wojazer</p>