L'armée algérienne mise en cause pour la mort de moines français

lundi 6 juillet 2009 14h52
 

par Thierry Lévêque

PARIS (Reuters) - De nouvelles dépositions font penser que sept moines français assassinés en Algérie en 1996 ont été victimes non pas des islamistes mais d'une "bavure" de l'armée algérienne, apprend-on de source judiciaire.

Comme l'ont révélé le Figaro et Mediapart, un général à la retraite, François Buchwalter, a déclaré le 25 juin dernier au juge d'instruction antiterroriste Marc Trévidic que, selon ses informations, les moines avaient été tués par erreur lors d'un raid aérien de l'armée algérienne sur un bivouac.

Attaché de défense en Algérie à l'époque, entre 1995 et 1998, le militaire dit avoir obtenu ces informations à l'époque d'un gradé algérien, en avoir informé le ministère de la Défense et l'ambassade. Cette dernière a ordonné un "black-out", dit-il.

Cette procédure judiciaire, ouverte en 2004, pourrait relancer la polémique entre Alger et Paris sur ce dossier. Alger a imputé officiellement le crime à la guérilla islamiste.

La levée du secret défense en France et des auditions de responsables du gouvernement vont être demandées par les parties civiles, a dit à Reuters leur avocat, Me Patrick Baudoin.

"C'est un drame qui m'avait bouleversé (...) Que puis-je dire maintenant ? (...) On verra à l'issue de cette instruction ce qu'il en sera. Que la justice fasse son travail, aille jusqu'au bout de son travail", a dit Nicolas Sarkozy à la presse à Evian en marge d'un sommet franco-britannique.

L'ex-Premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin s'est prononcé de son côté sur LCI pour une levée du secret défense. "Il faut qu'on connaisse vraiment ce qui s'est passé. C'est une affaire très douloureuse", a-t-il dit.

AUTRES SOUPÇONS SUR LES ALGÉRIENS   Suite...

 
<p>Les tombes des moines de Tib&eacute;hirine, pr&egrave;s de M&eacute;d&eacute;a en Alg&eacute;rie. De nouvelles d&eacute;positions font penser que les sept moines fran&ccedil;ais assassin&eacute;s en Alg&eacute;rie en 1996 ont &eacute;t&eacute; victimes non pas des islamistes mais d'une "bavure" de l'arm&eacute;e alg&eacute;rienne. /Photo d'archives/REUTERS/Larbi Louafi</p>