27 octobre 2008 / 08:07 / dans 9 ans

La publicité pour l'alcool pourrait bientôt arriver sur internet

<p>Selon le Figaro, qui publie une interview de la ministre de la Sant&eacute; Roselyne Bachelot, la publicit&eacute; pour l'alcool pourrait bient&ocirc;t faire son apparition sur internet mais avec des garde-fous pour que les sites d&eacute;di&eacute;s &agrave; la jeunesse soient pr&eacute;serv&eacute;s, de fa&ccedil;on &agrave; prendre en compte l'&eacute;volution des technologies depuis l'adoption de la loi Evin en 1991. /Photo prise le 19 mai 2008/REUTERS/Denis Balibouse</p>

PARIS (Reuters) - La publicité pour l‘alcool pourrait bientôt faire son apparition sur internet mais avec des garde-fous pour que les sites dédiés à la jeunesse soient préservés, rapporte Le Figaro dans son édition de lundi.

Dans une interview, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, explique qu‘il faut prendre en compte l’évolution des technologies depuis l‘adoption de la loi Evin qui, en 1991, encadrait strictement la publicité pour l‘alcool et interdisait celle pour le tabac.

“Les producteurs français s‘inquiètent de la grande incertitude juridique qui entoure la vente d‘alcool en ligne. Dans le même temps, les sites de vente à l’étranger, eux, prospèrent sans obstacles,” observe la ministre. “Il faut donc moderniser la loi Evin, au vu de l’évolution des nouvelles technologies.”

“C‘est pourquoi je ne m‘opposerai pas, lors de l‘examen de la loi hôpital, patients, santé, territoire au Parlement, à un amendement parlementaire qui actualisé la loi Evin en autorisant la publicité sur internet, mais à la condition de prévoir des garde-fous”, ajoute-t-elle.

Le gouvernement interdira ainsi les techniques intrusives (spam ou pop-up), imposera que la promotion de l‘alcool soit assortie de messages sanitaires “parfaitement visibles et adaptés à internet” et exclura du champ de la loi les sites dédiés à la jeunesse, au sport et aux activités physiques, explique Roselyne Bachelot.

“Je suis très attachée à la loi Evin et je serai extrêmement vigilante sur l‘application de cette réforme”, assure-t-elle.

Claude Evin, l‘ancien ministre socialiste à l‘origine de la loi qui porte son nom, s‘est dit globalement d‘accord avec Roselyne Bachelot.

“On ne va pas interdire toute publicité sur internet parce que la toile est mondiale et que ce serait absurde”, a-t-il dit sur France Info en invoquant un “principe de réalité”.

Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below