13 juin 2017 / 09:12 / il y a 2 mois

Philippe évoque des "mesures" en cas de dérapage budgétaire

Le Premier ministre français, Edouard Philippe, a évoqué mardi "une série de mesures" qui seraient prises si les objectifs budgétaires avancés par le précédent gouvernement pour l'année en cours s'avèrent impossibles à atteindre. /Photo prise le 24 mai 2017/Benoit Tessier

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre français, Edouard Philippe, a évoqué mardi "une série de mesures" qui seraient prises si les objectifs budgétaires avancés par le précédent gouvernement pour l'année en cours s'avèrent impossibles à atteindre.

Sur franceinfo, il n'a pas explicitement confirmé l'engagement pris par la France envers ses partenaires européens de ramener son déficit public sous la barre des 3% du produit intérieur brut (PIB) à la fin de l'année.

"J'espère que le précédent gouvernement a intégré dans le budget 2017 l'ensemble des éléments qu'il a annoncés", a-t-il dit. "Maintenant que je suis Premier ministre, j'ai des doutes encore plus sérieux."

L'audit de la Cour des comptes qui sera présenté début juillet permettra de dire si effectivement la France est "sur une trajectoire qui permettait d'arriver à 2,8% ou si nous étions au-dessus. Si nous sommes au-dessus, il va y avoir toute une série de mesures", a-t-il ajouté.

Au journaliste qui lui faisait remarquer qu'il était probable que la trajectoire actuelle amène au-dessus de 2,8%, il a répondu : "Je crains que ce ne soit probable, je pense même que c'est un risque extrêmement fort et je m'en désole."

Prié de dire s'il y aura donc cinq milliards d'euros d'économies à trouver, un chiffre évoqué dans la presse, il a répondu : "Non, j'attends l'audit de la Cour des comptes".

"Ce qui est certain c'est qu'une fois qu'on aura le panorama complet, objectif, stabilisé de la situation budgétaire, il faudra qu'on regarde comment est-ce qu'on passe la fin de l’année", a-t-il expliqué.

"On va voir ce que dit la Cour des comptes, l'objectif n’est pas de faire un collectif budgétaire (...) Je pense qu'il n’y en aura pas", a-t-il répété.

Dans le programme de stabilité présenté mi-avril, le précédent gouvernement tablait sur un déficit ramené à 2,8% du PIB en fin d'année mais le Haut conseil des finances publiques (HCFP) s'était montré dubitatif sur cette cible.

Le programme économique mis en avant par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle reposait sur un déficit public à 3% du PIB à fin 2017 - un niveau comparable aux prévisions des grands organismes internationaux - et prévoyait de maintenir le solde public sous ce seuil des 3% (hors mesures exceptionnelles) tout au long du quinquennat.

Jean-Baptiste Vey et Myriam Rivet, édité par Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below