Macron et Le Pen toujours en tête, Fillon rattrapé par Mélenchon

jeudi 20 avril 2017 08h35
 

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron reste en tête des intentions de vote en vue du premier tour de la présidentielle française devant Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon se situant légèrement en retrait, selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions publié jeudi, à trois jours du scrutin.

Crédité dans cette enquête de 25% des intentions de vote, le candidat du mouvement En Marche ! progresse d'un point en une semaine, alors que le score de la présidente du Front national est stable, à 22%.

François Fillon et Jean-Luc Mélenchon se retrouvent ex aequo à 19%, l'ex-Premier ministre abandonnant un point pour rejoindre le candidat de La France insoumise, au score inchangé sur une semaine.

Le candidat socialiste Benoît Hamon continue quant à lui de reculer, cédant 0,5 point à 7,5%.

Dans les configurations testées pour le second tour, Emmanuel Macron s'imposerait face à Marine Le Pen (avec 66% des suffrages), face à François Fillon (68%) et à Jean-Luc Mélenchon (60%).

Marine Le Pen est également donnée perdante face à François Fillon (qui réunirait 58% des voix) et face à Jean-Luc Mélenchon (60%).

En cas de duel de second tour opposant Jean-Luc Mélenchon et François Fillon, le candidat de La France insoumise l'emporterait avec 58% des suffrages.

Ce sondage, effectué par internet les 18 et 19 avril, porte sur 2.812 inscrits sur les listes électorales issus d'un échantillon de 3.064 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Pour un échantillon de 3.000 personnes, la marge d'erreur est de plus ou moins 1,5 point pour un résultat de 20%, précise l'institut de sondage.

(Myriam Rivet, édité par Julie Carriat)

 
Emmanuel Macron reste en tête des intentions de vote en vue du premier tour de la présidentielle française devant Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon se situant légèrement en retrait, selon un sondage Harris Interactive publié jeudi. /Photo prise le 10 avril 2017/REUTERS/Gonzalo Fuentes