Aucune preuve que Trump ait été écouté, disent FBI et NSA

lundi 20 mars 2017 20h15
 

par Patricia Zengerle et Warren Strobel

WASHINGTON (Reuters) - Il n'existe aucune preuve que Donald Trump ait été écouté pendant sa campagne sur ordre du président de l'époque, Barack Obama, a déclaré lundi le directeur du FBI, James Comey, lors d'une audition au Congrès.

Dans une série de tweets publiés le 4 mars, Donald Trump affirmait que son prédécesseur avait fait mettre sur écoutes la Trump Tower. Jeudi dernier, un analyste de Fox News a à son tour accusé Barack Obama d'avoir eu recours aux services du GCHQ britannique pour parvenir à ses fins.

L'entourage de Barack Obama a réfuté ces accusations et le gouvernement britannique a fait de même la semaine dernière.

Le directeur de la NSA Mike Rogers, qui était lui aussi auditionné lundi au Congrès, a assuré qu'il n'existait aucune preuve que les services de renseignement britanniques aient pris part à des écoutes visant Donald Trump, et qu'une telle accusation était "absurde".

"En ce qui concerne les tweets du président sur des écoutes présumées qu'aurait menées la précédente administration, je ne dispose d'aucune preuve permettant de les étayer", a déclaré pour sa part James Comey.

"Et nous avons mené des recherches minutieuses au sein du FBI. Le département de la Justice m'a demandé de vous dire que pour lui, la réponse est identique: le département n'a aucun renseignement qui permette d'aller dans le sens de ces tweets".

Peu avant l'audition, Donald Trump a dit sur Twitter que les "Démocrates avaient inventé et diffusé cette histoire russe pour s'exonérer de leur désastreuse campagne".

  Suite...

 
Il n'existe aucune preuve que Donald Trump ait été écouté pendant sa campagne sur ordre du président de l'époque, Barack Obama, a déclaré lundi le directeur du FBI, James Comey (à gauche), lors d'une audition au Congrès. Le directeur de la NSA Mike Rogers (à droite), aussi auditionné lundi, a assuré qu'il n'existait aucune preuve que les services de renseignement britanniques aient pris part à des écoutes visant Donald Trump. /Photo prise le 20 mars 2017/REUTERS/Joshua Roberts