Valls et Hamon divergent sur le projet de Notre-Dame-des-Landes

mercredi 25 janvier 2017 22h53
 

PARIS (Reuters) - Benoît Hamon, finaliste avec Manuel Valls de la primaire de la gauche, s'est prononcé mercredi pour la suspension du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-landes (Loire-Atlantique), que l'ancien Premier ministre veut poursuivre.

L'évacuation du site de 1.600 hectares proche de Nantes, occupé par les opposants au chantier controversé, a empoisonné le quinquennat de François Hollande.

Pour tenter de déminer une crise qui dure depuis 50 ans, le chef de l'Etat a organisé une consultation locale en juin dernier qui a vu le projet, dont les opposants mettent en doute la pertinence, recueillir 55% de voix favorables.

Benoît Hamon s'est prononcé mercredi pour l'arrêt du projet. Elu président de la République, "je suspendrais la déclaration d'utilité publique", a-t-il dit lors du dernier débat de la primaire sur TF1, France 2 et France Inter. "Ce chantier crée plus de discorde et de désordre qu'il n'apportera de perspectives économiques."

Manuel Valls a estimé de son côté qu'il était difficile de renoncer à un chantier approuvé par référendum.

"Il y a eu un vote et moi je ne veux pas que nous reculions", a dit l'ancien Premier ministre.

(Elizabeth Pineau, édité par Jean-Baptiste Vey)

 
Benoît Hamon (à gauche), finaliste avec Manuel Valls (à droite) de la primaire de la gauche, s'est prononcé mercredi pour la suspension du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-landes (Loire-Atlantique), que l'ancien Premier ministre veut poursuivre. /Photo prise le 25 janvier 2017/REUTERS/Bertrand Guay