21 décembre 2015 / 08:54 / dans 2 ans

La FIFA inflige huit ans de suspension à Platini et Blatter

Conférence de presse de Sepp Blatter, lundi à Zurich. Le président démissionnaire de la FIFA et Michel Platini ont été suspendus lundi pour huit ans de toute activité liée au football par la commission d'éthique de la Fédération internationale de football. /Photo prise le 21 décembre 2015/REUTERS/Arnd Wiegmann

ZURICH (Reuters) - Le Suisse Sepp Blatter et le Français Michel Platini, les deux personnalités les plus puissantes du monde du football, ont été suspendus lundi pour huit ans par la commission d‘éthique de la Fédération internationale (FIFA).

Cette décision anéantit quasiment toute possibilité pour Michel Platini, président de l‘UEFA, la confédération européenne, de se présenter à l‘élection à la présidence de la FIFA, qui aura lieu le 26 février.

Sepp Blatter, président démissionnaire de l‘instance mondiale du football en raison des affaires de corruption qui l‘ont éclaboussée, et Michel Platini sont sanctionnés dans le cadre du versement en février 2011 à ce dernier de deux millions de francs suisses (environ 1,8 million d‘euros) pour une mission effectuée pour la FIFA entre 1998 et 2002.

Tous deux démentent toute malversation et ont annoncé qu‘ils allaient déposer des recours contre cette décision.

Michel Platini a qualifié sa suspension de “véritable mascarade” destinée à le salir et à l‘empêcher d‘accéder à la présidence de la FIFA.

Dans un communiqué, le président de l‘UEFA, âgé de 60 ans, s‘est dit déterminé à saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS) mais aussi la justice civile pour obtenir réparation.

Sepp Blatter, à la tête de la FIFA depuis 17 ans, est apparu devant la presse mal rasé, un pansement sur le visage. A 79 ans, il s‘est plaint d‘être traité comme un “punching ball”.

Il a déclaré qu‘il comptait se tourner “immédiatement vers la commission de recours (de la FIFA), vers le Tribunal arbitral du sport et aussi la justice suisse pour (s)es droits en tant que citoyen suisse”.

“Je me battrai pour moi et je me battrai pour la FIFA”, a-t-il dit. “Je reviendrai.”

La suspension des deux hommes est assortie d‘une amende, de 80.000 francs suisses pour Michel Platini (74.000 euros environ) et de 50.000 francs pour Sepp Blatter (46.000 euros)

La justice suisse, qui a annoncé fin septembre l‘ouverture d‘une procédure pénale, soupçonne un “paiement déloyal au préjudice de la FIFA” pour des travaux “prétendument” effectués par Michel Platini. Ce paiement a été exécuté en février 2011.

Début octobre, Sepp Blatter et Michel Platini avaient été suspendus à titre provisoire pour une durée de 90 jours.

AUCUNE BASE LÉGALE

Dans un communiqué, la chambre de la commission d‘éthique présidée par Hans-Joachim Eckert souligne que “M. Blatter, en sa capacité de président de la FIFA, a autorisé le versement à M. Platini d‘un paiement qui n‘avait aucune base légale dans l‘accord écrit signé le 25 août 1999 par les deux dirigeants”.

“Ni dans sa déclaration écrite ni lors de son audition, M. Blatter n‘a été en mesure de démontrer une autre base légale pour ce paiement”, poursuit la commission d‘éthique.

Les arguments exposés par le président de la FIFA n‘ont pas été jugés “convaincants” et ont par conséquent été rejetés.

Concernant le Français, la chambre de la commission note qu‘elle n‘a pas trouvé dans le dossier présenté par Michel Platini la preuve convaincante d‘un “accord oral”.

“M. Platini a omis d‘agir avec une crédibilité et une intégrité totales, faisant preuve d‘une méconnaissance de l‘importance de ses tâches et de ses obligations et responsabilités concomitantes.”

Sepp Blatter était venu plaider son innocence jeudi devant la commission.

Michel Platini, qui faisait jusqu‘à il y a peu figure de favori dans la course à la succession du Suisse, a refusé pour sa part de venir se défendre vendredi devant la commission d‘éthique et a dénoncé une procédure jugée d‘avance. “Je suis déjà jugé, je suis déjà condamné”, a fait savoir l‘ancien meneur de jeu de l‘équipe de France par le truchement de ses avocats.

La commission d‘éthique n‘a pas retenu les charges de corruption mais estime que le paiement de 2011 contrevient à d‘autres sections du code d‘éthique de la fédération internationale de football. Les deux hommes sont notamment déclarés coupables de conflits d‘intérêt et d‘abus de pouvoir.

L‘UEFA a exprimé sa déception concernant cette décision et dit “soutenir le droit de Michel Platini à un procès en bonne et due forme et à avoir l‘occasion de laver son nom”. La FIFA s‘est contentée de “prendre acte” de la décision.

Henri-Pierre André et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below