Le gouvernement confirme le début des paris en ligne

mercredi 11 juin 2008 15h47
 

PARIS (Reuters) - Eric Woerth a confirmé en conseil des ministres l'ouverture prochaine du marché français des paris sportifs et hippiques en ligne, ainsi que des jeux d'argent sur internet, afin de lutter notamment contre les pratiques illégales et d'interdire le jeu aux mineurs.

Un projet de loi sera présenté à l'automne au Parlement, a précisé le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel.

Une procédure d'infraction a été ouverte par Bruxelles en juin 2007 à l'encontre de la France s'agissant de son monopole en matière de paris en ligne.

Concernant les course hippiques, seuls les paris mutuels seront autorisés. Pour les autres paris sportifs, des discussions seront engagées avec les ligues et les fédérations. Ce seront des paris à cote fixe.

Les jeux de casino - poker, roulette, black jack - seront également ouverts à la concurrence.

Sur la base d'un cahier des charges, les agréments seront délivrés aux nouveaux opérateurs dans le courant du second semestre 2009 par une Autorité de régulation qui sera créée début 2009. Dans l'attente de la délivrance de ces agréments, la législation actuelle continuera de s'appliquer.

Les règles pour obtenir un agrément seront les suivantes : interdiction des jeux aux mineurs, instauration de "mécanismes forts" pour protéger les joueurs eux-mêmes dans un environnement addictif, encadrement de la publicité et contrôle des transactions financières pour lutter contre la délinquance financière et le blanchiment d'argent.

La part de recettes de l'Etat représente aujourd'hui dans ce domaine 5,3 milliards d'euros. Les paris sportifs en ligne illégaux représenteraient actuellement cinq à sept milliards d'euros, selon des études citées par Bercy.

Sophie Louet, édité par Pascal Liétout

 
<p>Parier sur internet sur les courses de chevaux sera bient&ocirc;t possible en France. Le ministre du Budget, Eric Woerth, a confirm&eacute; en conseil des ministres l'ouverture prochaine du march&eacute; fran&ccedil;ais des paris sportifs et hippiques en ligne, ainsi que des jeux d'argent sur internet. Un projet de loi sera pr&eacute;sent&eacute; &agrave; l'automne au Parlement. /Photo d'archives/REUTERS/Molly Riley</p>