Baisse du bénéfice trimestriel d'Agfa, qui renonce à se scinder

mardi 29 avril 2008 10h13
 

BRUXELLES (Reuters) - Le groupe belge de technologies d'imagerie et d'impression Agfa-Gevaert annonce renoncer à se scinder en trois sociétés cotées indépendantes, expliquant vouloir améliorer sa rentabilité après la baisse de 29% de son bénéfice d'exploitation au premier trimestre.

Le groupe, spécialisé dans les systèmes d'imagerie médicale et l'impression haut de gamme pour l'édition et la presse, explique que l'amélioration des résultats des activités existantes est prioritaire.

"Après une évaluation approfondie, le conseil d'administration a conclu qu'une scission en trois entreprises indépendantes, comme prévu initialement, n'était plus un scénario réaliste", explique le groupe dans un communiqué.

"Le conseil étudie un certain nombre d'options alternatives pour renforcer la position des divisions et créer de la valeur pour l'actionnaire."

L'annone a été bien accueillie par les investisseurs puisque l'action Agfa gagnait plus de 4% en début de séance à la Bourse de Bruxelles. Le titre affiche cependant une baisse de plus de 50% depuis le début de l'année.

Sur les trois premiers mois de 2008, le bénéfice courant avant impôt et charges financières est revenu à 41 millions d'euros, soit deux millions de plus que le consensus Reuters.

Le chiffre d'affaires a baissé de 4,2% à 753 millions d'euros, dépassant lui aussi légèrement le consensus.

Agfa prévoyait jusqu'à présent de se scinder en trois sociétés, l'une spécialisé dans les technologiques graphiques, la deuxième dans la santé et la troisième dans les matériaux. Les analystes estiment qu'il pourrait se contenter d'une scission en deux entités, en séparant la santé du reste des activités.

Le groupe a mandaté la banque Lazard pour étudier ses options stratégiques.

Philip Blenkinsop, version française Marc Angrand

 
<p>Le groupe belge de technologies d'imagerie et d'impression Agfa-Gevaert annonce renoncer &agrave; se scinder en trois soci&eacute;t&eacute;s cot&eacute;es ind&eacute;pendantes, expliquant vouloir am&eacute;liorer sa rentabilit&eacute; apr&egrave;s la baisse de 29% de son b&eacute;n&eacute;fice d'exploitation au premier trimestre. /Photo d'archives/REUTERS/Fran&ccedil;ois Lenoir</p>