December 10, 2007 / 8:41 AM / 10 years ago

IBM annonce une percée dans les super-ordinateurs

5 MINUTES DE LECTURE

par Georgina Prodhan

FRANCFORT (Reuters) - IBM annonce avoir réussi à convertir les signaux électriques en impulsions lumineuses, ce qui, à terme, pourrait permettre de proposer des super-ordinateurs (ou supercalculateurs), aujourd'hui d'énormes machines, sur un seul microprocesseur.

Dans un article publié jeudi dans la revue Optics Express, IBM explique avoir fabriqué des modulateurs électro-optiques qui sont de cent à mille fois plus petits que des modulateurs photoniques en silicone et assez petits pour être installés sur un microprocesseur.

En connectant des coeurs sur un micro-processeur par la lumière plutôt que par des câbles, les problèmes liés à l'énergie consommée et à la chaleur générée par des puces à coeurs multiples pourraient être évités, permettant des pas de géant dans la capacité de calcul informatique.

IBM estime avoir franchi une "étape importante" dans la recherche visant à relier des centaines ou des milliers de coeurs sur un petit processeur. A titre d'exemple, la console de jeu PlayStation 3 de Sony est alimentée par neuf coeurs installés sur des puces sophistiquées.

"Comme les réseaux de fibres optiques qui ont permis une expansion rapide d'internet en permettant aux utilisateurs d'échanger d'énormes quantités de données, la technologie d'IBM apportera des capacités similaires sur un microprocesseur d'ordinateur", a déclaré Will Green, le scientifique d'IBM qui a conduit ce projet.

Il a expliqué que l'utilisation de la lumière pour transférer des informations entre les coeurs pourrait être cent fois plus rapide et utiliser dix fois moins d'énergie que l'utilisation de câbles.

Green a déclaré à Reuters qu'IBM avait utilisé des procédés et outils industriels standards pour fabriquer les petits modulateurs électro-optiques Mach-Zehnder en silicone.

DÉFIS À VENIR

C'est ce qui conforte l'équipe de recherche dans l'idée que le procédé pourrait être commercialisable, même s'il faut au moins une décennie pour que cette étape soit atteinte.

"Nous cherchons des applications beaucoup plus réalisables dans un délai de dix à quinze ans ou quelque chose comme ça. Il y a beaucoup d'éléments à réunir. Il y a de nombreux défis à relever," a déclaré Green dans une interview.

Il a expliqué que dans le futur un petit super-ordinateur sur un seul microprocesseur pourrait utiliser aussi peu d'énergie qu'une ampoule électrique, ouvrant la voie à une énorme réduction des coûts, de l'énergie requise, de la chaleur créée et de l'espace nécesaire tout en augmentant la bande passante.

IBM est le numéro un mondial des super-ordinateurs, utilisés pour résoudre des problèmes requérant des calculs intensifs, comme dans la physique quantique, les prévisions météorologiques et la modulation moléculaire.

Réduire de façon drastique la taille des superordinateurs et la quantité d'énergie nécessaire pour les alimenter pourrait ouvrir la voie à des analyses de données dans des endroits difficiles ou permettre de présenter des images haute-résolution en trois dimensions et en temps réel, a expliqué Green.

"Vous pouvez immédiatement envisager quelles applications mobiles cela vous permettrait de faire", a-t-il dit.

L'équipe de chercheurs d'IBM a travaillé pendant près de cinq ans sur ce projet, en partie financé par une agence gouvernementale américaine de défense. Green n'a pas souhaité évoquer le budget du projet.

Il a jugé impossible de prévoir quel pourrait être le prix d'un superordinateur sur un micro-processeur. "Nous en sommes vraiment au début du processus", a-t-il dit.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below