18 mai 2008 / 12:11 / il y a 9 ans

Sommet TMT: vers un changement de modèle économique de Microsoft

<p>Microsoft estime que des dizaines de millions de comptes de courrier &eacute;lectronique d'entreprises seront transf&eacute;r&eacute;s vers ses centres de donn&eacute;es au cours des cinq prochaines ann&eacute;es, entra&icirc;nant le passage vers un nouveau mod&egrave;le &eacute;conomique aux marges plus faibles mais g&eacute;n&eacute;rant un chiffre d'affaires plus important. /Photo d'archives/Sebastien Pirlet</p>

par Daisuke Wakabayashi

SEATTLE (Reuters) - Microsoft estime que des dizaines de millions de comptes de courrier électronique d'entreprises seront transférés vers ses centres de données au cours des cinq prochaines années, entraînant le passage vers un nouveau modèle économique aux marges plus faibles mais générant un chiffre d'affaires plus important.

Dans une interview réalisée avant le TMT (technologie, médias, télécoms) Summit organisé par Reuters à Paris, New York et Singapour du 19 au 22 mai, Chris Capossela, responsable des produits Office chez Microsoft, a indiqué que la firme de Redmond allait voir de plus en plus de sociétés abandonner leur systèmes informatiques propres pour passer au "cloud computing" ("informatique dans les nuages"), un système alternatif moins onéreux reposant sur la délocalisation des ressources informatiques dans des centres de données connectés entre eux par internet et permettant un accès à distance à ces ressources.

Microsoft, qui a construit son modèle commercial de vente de logiciels sur une utilisation sur des ordinateurs personnels ou des serveurs locaux, a investi des milliards de dollars ces dernières années pour construire des centres de données géants, créant ainsi les bases d'une infrastructure permettant la distribution d'une large gamme de services via internet.

Le géant des logiciels a ainsi commencé à offrir aux entreprises la possibilité d'héberger sur ses ordinateurs leurs applications de courrier électronique ainsi que leurs programmes de vente et de s'en servir via internet sur la base d'un abonnement mensuel.

Capossela précise que Microsoft souhaite laisser les utilisateurs libres de choisir entre un système traditionnel de licence et une formule d'abonnement mensuel, déjà proposée par ses concurrents Salesforce.com et Google.

"C'est là où nous pensons que nous sommes bien plus forts que nos concurrents qui ne jurent que par les abonnements et pensent que tout passera par le cloud computing", dit-il. "Beaucoup d'entreprises ne sont pas prêtes à retirer leur argent de dessous leur matelas et à le déposer à la banque".

Exchange Online, le service permettant d'accéder au serveur de courrier et de messagerie Exchange, sera la première application adoptée par les clients professionnels, prédit Capossela.

"Dans cinq ans, 50% des boîtes de courrier Exchange seront des boîtes Exchange Online", dit-il, précisant également s'attendre à conquérir de nouveaux clients auprès des utilisateurs habituels de Lotus Domino, le système de International Business Machines.

Selon le cabinet d'études Radicati, Exchange gérera quelque 210 millions de comptes de courrier électronique professionnels en 2008 et environ 319 millions à l'horizon 2012.

DANS LES NUAGES

Capossela estime que le passage au "cloud computing" va introduire des changements dans le modèle économique de la division professionnelle de Microsoft, qui a généré un chiffre d'affaires de 16,4 milliards de dollars et une marge opérationnelle de 10,8 milliards de dollars au cours de l'année fiscale 2007.

A l'heure actuelle, les clients de Microsoft paient une licence pour leur logiciel puis achètent un ordinateur et s'attachent les services de professionnels pour gérer le système.

Dans un modèle orienté sur les services, l'utilisateur paiera à Microsoft un montant plus important car c'est lui qui fera fonctionner et assurera la maintenance du système informatique.

Les marges de Microsoft pourraient cependant ne pas être "aussi importantes" qu'elle ne le sont aujourd'hui, anticipe Capossela, même si le chiffre d'affaires devrait être plus élevé.

La clé pour Microsoft sera alors de faire fonctionner ces systèmes de la manière la plus efficiente qui soit pour réduire ses coûts.

"C'est là où nous devons faire en sorte que fonctionne le modèle économique", dit celui qui a commencé sa carrière au sein de l'entreprise comme rédacteur des discours du co-fondateur Bill Gates.

Microsoft a d'ors et déjà signé des contrats avec de grandes sociétés pour ses services en ligne. Le groupe a indiqué que Coca Cola s'était engagé pour 70.000 postes d'Exchange Online, délaissant ainsi Lotus Domino d'IBM.

La firme de Redmond a également dit qu'elle continuait à renforcer son infrastructure au rythme de 10.000 nouveaux serveurs ajoutés à ses centres de données chaque mois.

Selon Capossela, il s'agit d'une impressionnante force de frappe informatique, équivalente à celle utilisée par le réseau social en ligne Facebook.

Version française Julien Toyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below