April 23, 2008 / 5:48 AM / 9 years ago

Le gouvernement belge pourrait céder une autre part de Belgacom

4 MINUTES DE LECTURE

<p>Le gouvernement belge n'est pas contre le principe de r&eacute;duire sa participation dans l'op&eacute;rateur historique Belgacom, a d&eacute;clar&eacute; une porte-parole officielle, ce qui apparait &ecirc;tre un virage complet de la position du gouvernement, de l'avis des analystes. /Photo d'archives/Thierry Roge</p>

BRUXELLES (Reuters) - Le gouvernement belge n'est pas contre le principe de réduire sa participation dans l'opérateur historique Belgacom, a déclaré une porte-parole officielle, ce qui apparait être un virage complet de la position du gouvernement, de l'avis des analystes.

"Il n'y a pas d'objection de principe à une vente éventuelle d'actions de l'Etat dans Belgacom", a déclaré une porte-parole de la ministre des Entreprises publiques Inge Vervotte.

"Il faut que ce soit bénéfique à tous les points de vue", le gouvernement étudiera toute occasion avec attention, a-t-elle ajouté.

À 8h10 GMT, le titre Belgacom s'échangeait à 29,45 euros, en hausse de 0,44%.

L'Etat détient 53,5% dans Belgacom et la loi dispose qu'il doit conserver 50%.

La presse belge et les analyses spéculent sur la volonté du nouveau gouvernement de poursuivre la privatisation de l'ancien monopole d'Etat, ce qui nécessiterait d'amender la législation en vigueur.

Mais la participation des socialistes francophones à l'actuel équipe dirigeante rend ce sujet très délicat, note la presse.

Les médias belges ont publié des propos de Inge Vervotte s'exprimant devant le Parlement, selon lesquels elle plaidait pour que Belgacom joue un rôle plus décisif sur le marché international des télécoms. Elle a également déclaré que le gouvernement était ouvert à des discussions sur son actionnariat.

Les noms de France Télécom et du néerlandais KPN viennent à l'esprit quand on évoque une éventuelle fusion transfrontalière.

Un porte parole de Belgacom n'avait aucun commentaire immédiat à faire.

Virage Complet Du Gouvernement

Pour de nombreux observateurs, les propos de Inge Vervotte apparaissent comme un virage complet du gouvernement.

"La ministre a déjà laissé entendre que la porte était ouverte (à une poursuite de la privatisation). Il semble qu'elle est encore plus ouverte aujourd'hui", commente Siddy Jobe, analyste chez Degroof.

"Vervotte a fait un virage à 180 degrés s'agissant de son attitude vis-à-vis d'une privatisation de Belgacom", écrit dans une note de recherche Rob Goyens, analyste chez Dexia.

"Alors qu'elle était auparavant totalement opposée à une poursuite des privatisations, elle semble avoir adopté une attitude plus neutre", poursuit-il.

Goyens pense que son attitude pourrait résulter du contexte de fusions-acquisitions dans le secteur des télécommunications, comme en témoignent la décision de Deutsche Telecom d'entrer à hauteur de 20% dans le capital de l'opérateur grec OTE et l'intérêt affiché par France Telecom pour le nordique TeliaSonera.

Julien Ponthus, version française Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below