Intel mise sur le développement du WiMax à Taiwan

lundi 21 avril 2008 12h09
 

par Sheena Lee

TAIPEI (Reuters) - Intel a annoncé qu'il investirait 500 millions de dollars (315 millions d'euros) à Taiwan sur les cinq prochaines années, une large partie de cette somme étant consacrée au développement du WiMax.

Le premier fabricant mondial de puces a ajouté qu'il y avait encore certaines difficultés techniques à résoudre pour installer cette technologie sans fil offrant une connexion internet haut débit à longue portée, mais que le développement de cette norme dans les deux dernières années l'incitait à relever le défi.

"Cet investissement sera largement consacré au WiMax", a déclaré Lil Mohan, responsable du programme WiMax d'Intel, en marge d'une conférence de presse.

Mohan a précisé que le WiMax devrait être commercialement accessible aux Etats Unis au deuxième ou au troisième trimestre 2008, et que les infrastructures en Asie devraient être opérationnelles en 2009-2010.

L'année dernière, le gouvernement de Taiwan a déclaré vouloir consacrer 664 millions de dollars (419 millions d'euros) dans les prochaines années au standard WiMax, - considéré comme plus avancé que le WiFi, à plus courte portée.

Le WiMax permet le téléchargement de fichiers musicaux ou de films sur des ordinateurs portables ou tout autre appareil nomade sur des distances de 50 km.

"Le Japon lancera probablement le premier (standard WiMax en Asie), puisqu'il y a déjà consacré de fortes sommes", a expliqué Mohan. Taiwan et l'Inde pourraient lui emboîter le pas, a-t-il ajouté.

Acer, troisième fabricant mondial d'ordinateurs portables, a déclaré lundi projeter de vendre des appareils dotés de la technologie WiMax en juin ou juillet 2008, sans en préciser le nombre.   Suite...

 
<p>Intel a annonc&eacute; qu'il investirait 500 millions de dollars (315 millions d'euros) &agrave; Taiwan sur les cinq prochaines ann&eacute;es, une large partie de cette somme &eacute;tant consacr&eacute;e au d&eacute;veloppement du WiMax. /Photo prise le 21 avril 2008/REUTERS/Pichi Chuang</p>