Motorola poursuit un cadre débauché par Apple pour l'iPhone

samedi 19 juillet 2008 16h22
 

LOS ANGELES (Reuters) - Motorola poursuit en justice un ancien cadre du groupe, accusé d'avoir violé une clause de non-concurrence en acceptant de travailler pour Apple dans la division iPhone où il pourrait dévoiler des secrets du fabricant américain de combinés.

Michael Fenger a reçu des "millions de dollars" en cash et en stock-options en s'engageant à ne pas travailler pour la concurrence dans les deux années suivant son départ de Motorola, où il supervisait les appareils mobiles dans la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), peut-on lire dans la plainte déposée jeudi dans l'Illinois par Motorola.

Or il a rejoint la division iPhone d'Apple le 31 mars, soit moins d'un mois après son départ de Motorola.

Fenger, qui est désormais vice-président au niveau mondial des ventes de l'iPhone, a amené avec lui deux cadres supérieurs de Motorola qui avaient accès aux secrets commerciaux et à la relation clientèle du troisième fabricant mondial de téléphones portables, selon le texte de la plainte.

Avant de se lancer en solitaire dans la téléphonie mobile, Apple avait collaboré avec Motorola en sortant en 2004 le RokR, un mobile compatible avec le kiosque numérique iTunes de la firme à la pomme, qui n'a pas eu le succès escompté.

Une porte-parole d'Apple a refusé de commenter l'information et Michael Fenger n'était pas disponible dans l'immédiat.

Motorola, dont le siège est situé dans la banlieue de Chicago, demande au tribunal du comté de Cook d'invalider le contrat de travail de Fenger chez Apple pendant deux ans et de lui interdire de solliciter ou d'embaucher des salariés de Motorola, ainsi que de divulguer des informations confidentielles.

Motorola demande également à son ancien cadre des dommages et intérêts et le remboursement des stock-options reçues en échange de la clause de non-concurrence.

Gina Keating, version française Claude Chendjou