Recul de 16,4% des ventes de mobiles au 1er trimestre en Europe

mercredi 28 mai 2008 11h42
 

HELSINKI (Reuters) - Les ventes de téléphones portables ont chuté au premier trimestre en Europe de l'Ouest, en raison du ralentissement économique, en contraste avec la hausse enregistrée dans les pays émergents, en Asie et en Afrique notamment, annonce le cabinet Gartner.

La baisse de 16,4% enregistrée en Europe occidentale est la première depuis 2001, date à laquelle Gartner a commencé à étudier le marché.

Il s'est vendu 294,3 millions de téléphones mobiles entre janvier et mars dans le monde, soit une augmentation de 13,6% sur un an grâce aux pays émergents.

Le principal bénéficiaire du bond des ventes dans les marchés émergents est le finlandais Nokia dont la part de marché mondiale est montée à 39,1% au premier trimestre, contre 35,5% au premier trimestre 2007.

Nokia a fait état de ventes en volume en hausse de 7,5% sur le trimestre, tout en évoquant un ralentissement possible en Europe.

Le sud-coréen Samsung détenait 14,4% du marché mondial au premier trimestre, contre 10,2% à l'américain Motorola.

C'est la société Sony Ericsson qui a été la plus touchée dans la mesure où elle vend proportionnellement beaucoup de combinés à prix élevés en Europe. Sa part de marché a reculé à 7,5%.

Le sud-coréen LG Electronics ravit ainsi la quatrième place au groupe nippo-suédois avec une part de marché de 8%

Au total, les ventes de téléphones mobiles devraient augmenter de 10% à 15% cette année dans le monde, en raison de la forte croissance des pays émergents, estime l'analyste de Gartner Carolina Milanesi.

Gartner prévoyait auparavant une hausse de 10% en 2008.

Danielle Rouquié

 
<p>Pour la premi&egrave;re fois depuis 2001, les ventes de t&eacute;l&eacute;phones portables ont chut&eacute; de 16,4% au premier trimestre en Europe de l'Ouest, en raison du ralentissement &eacute;conomique, une &eacute;volution qui contraste avec la hausse enregistr&eacute;e dans les pays &eacute;mergents, en Asie et en Afrique notamment, d'apr&egrave;s le cabinet Gartner. /Photo d'archives/REUTERS/Michaela Rehle</p>