Vers la fin des jeux vidéo réservés à une seule console?

mercredi 27 août 2008 18h43
 

par Jennifer Martinez

LOS ANGELES (Reuters) - Les fabricants de consoles de jeux Microsoft et Sony pourraient être contraints d'éditer de plus en plus de titres en interne, en raison de la hausse des coûts de développement et du choix des studios indépendants d'éviter les contrats d'exclusivité pour leurs jeux phares.

Le sort des fabricants de consoles a longtemps été lié à leur capacité à s'attacher l'exclusivité de titres à succès, afin d'inciter les fans à opter pour leurs machines. Mais de plus en plus, les sociétés productrices de la Playstation 3 et de la Xbox 360 vont devoir développer leurs propres jeux pour disposer de licences exclusives.

En juin, la sortie de "Metal Gear Solid 4" de Konami, une franchise développée uniquement pour la Playstation 3, a contribué à combler le fossé entre la PS3 et la console Wii de Nintendo.

Selon le cabinet d'études NPD, les ventes mensuelles de Playstation 3 ont alors atteint un record pour un mois hors périodes de vacances.

Mais Michael Pachter, analyste jeux vidéos pour Wedbush Morgan, prévoit que les licences exclusives, telle la série des "Metal Gear Solid", vont disparaître des rayons dès l'an prochain.

"Le coût de développement d'un jeu est si élevé qu'il faut l'amortir en écoulant beaucoup plus d'exemplaires", estime-t-il. "Vous ne pouvez pas laisser tomber la moitié du marché en vendant des exclusivités."

Un éditeur doit investir environ 20 à 50 millions de dollars pour développer un titre.

Sony a régulièrement devancé Microsoft afin de s'assurer des licences exclusives pour sa Playstation, tels la série des "Grand Theft Auto" de Take Two ou les "Tomb Raider" et leur héroïne Lara Croft, créés par Eidos.   Suite...

 
<p>Les fabricants de consoles de jeux Microsoft et Sony pourraient &ecirc;tre contraints d'&eacute;diter de plus en plus de titres en interne, en raison de la hausse des co&ucirc;ts de d&eacute;veloppement et du choix des studios ind&eacute;pendants d'&eacute;viter les contrats d'exclusivit&eacute; pour leurs jeux phares. /Photo prise le 9 juin 2008/REUTERS/Yuriko Nakao</p>