January 8, 2008 / 7:27 AM / 10 years ago

Le secteur électronique vigilant face au ralentissement aux USA

6 MINUTES DE LECTURE

<p>Le stand de promotion du format Blu-ray, au Consumer Electronics Show (CES), le salon de l'&eacute;lectronique grand public &agrave; Las Vegas. Malgr&eacute; la d&eacute;gradation r&eacute;cente de l'&eacute;conomie am&eacute;ricaine et des perspectives peu encourageantes, les fabricants d'&eacute;lectronique esp&egrave;rent que la consommation des m&eacute;nages ne se d&eacute;tournera pas en priorit&eacute; de leurs produits. /Photo prise le 6 janvier 2008/Steve Marcus</p>

par Franklin Paul et Mayumi Negishi

LAS VEGAS (Reuters) - Malgré la dégradation récente de l'économie américaine et des perspectives peu encourageantes, les fabricants d'électronique espèrent que la consommation des ménages ne se détournera pas en priorité de leurs produits.

Au salon CES de l'électronique grand public à Las Vegas, les constructeurs de téléphones portables ou de téléviseurs font le pari, parfois sans grand espoir, que la hausse du chômage et la crise des prêts hypothécaires n'aura pas d'effet sur la consommation.

"Nous devons surveiller la baisse du moral", a averti dimanche Toshihiko Fujimoto, P-DG de la division électronique de Sharp. "On ne peut pas dire que les affaires soient particulièrement bonnes".

Stan Glasgow, le patron de la division d'électronique grand public de Sony en charge du marché américain, a indiqué à Reuters que son entreprise avait connu de fortes ventes ces derniers mois, portées notamment par sa gamme de téléviseurs Bravia.

"J'envisage une situation plus difficile à l'avenir", a-t-il ajouté.

Il a toutefois reconnu qu'un ralentissement de l'économie dans son ensemble devrait toucher en premier lieu les ventes d'appareil tels que les caméras numériques haut-de-gamme, plutôt que les écrans géants.

Pour les fabricants, les téléviseurs et les téléphones portables sont pratiquement devenus des produits de première nécessité, et sont en tout cas moins exposés.

Bill Ogle, directeur du marketing chez Samsung Telecommunications America, s'est félicité d'une forte hausse des ventes au quatrième trimestre, tout en reconnaissant une baisse d'activité à la fin de cette période chez les opérateurs de téléphonie américains.

"Nos opérateurs ont signalé un ralentissement de l'activité vers la fin de la saison des ventes", a indiqué Ogle, sans toutefois pouvoir préciser si l'enlisement de l'économie était en cause.

À L'ABRI DE LA RÉCESSION

Chez LG Electronics, Allan Jason, vice-président en charge du marketing aux Etats-Unis, considère l'électronique grand public comme à l'abri de la récession, du moins jusqu'à un certain point.

Le premier poste budgétaire à souffrir chez les ménages étant selon lui celui des voyages, il table même dans certains cas sur un rééquipement des foyers en électronique de loisir.

"Si les gens passent plus de temps chez eux, cela entraîne parfois une remise à jour de leurs produits de consommation électroniques."

Une économie au ralenti pourrait freiner les ventes de téléviseurs LCD, a-t-il concédé. LG prévoit toutefois un doublement des ventes de ce type de produits aux Etats-Unis au cours de l'année à venir.

Selon Jason, LG est prêt, en cas de faiblesse du marché, à revoir les prix à la baisse.

Riddhi Patel, analyste du marché des téléviseurs auprès du cabinet d'étude iSuppli, estime que les ventes d'écrans LCD en Amérique du Nord devraient s'infléchir de 29% lors du premier trimestre 2008 par rapport à la même période en 2007.

Cette chute, bien plus importante que les 5% enregistrés l'année précédente, devrait toutefois être compensée par une hausse de 29% sur l'ensemble de l'année 2008, prévoit-elle.

"La compétition est brutale sur le marché nord-américain. C'est particulièrement vrai pour les téléviseurs", a noté le responsable de la stratégie des ventes de Philips, Kevin Lewis.

A la tête de la division marketing américaine de Sharp Electronics, Michael Troetti voit peu de marge de manoeuvre pour des baisses de prix et estime que le pouvoir d'achat de la clientèle qu'il vise est suffisant.

"On ne peut pratiquement plus baisser le prix des téléviseurs. Nous n'en vendrons pas davantage en baissant à nouveau le prix de 50 dollars", a-t-il estimé.

Sharp s'apprête notamment à commercialiser un écran LCD de 108 pouces (2,74 mètres) présenté l'année dernière, signe que l'entreprise ne modifie pas ses projets, a indiqué Ross Rubin, analyste des technologies de consommation auprès de NPD Group.

"L'économie est une source d'inquiétude. Mais je n'ai pas vraiment observé d'impact sur le type de produits présentés par les entreprises", a-t-il tempéré.

Version française Gregory Schwartz

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below