September 5, 2008 / 12:23 PM / 9 years ago

Nokia abaisse ses prévisions de part de marché

6 MINUTES DE LECTURE

<p>Le fabricant de t&eacute;l&eacute;phones portables Nokia abaisse sa pr&eacute;vision de part de march&eacute; pour les combin&eacute;s portables au troisi&egrave;me trimestre et s'attend &agrave; ce qu'elle soit inf&eacute;rieure &agrave; celle du deuxi&egrave;me trimestre. Il maintient cependant ses objectifs de part de march&eacute; pour l'ensemble de l'ann&eacute;e 2008. /Photo prise le 8 juillet 2008/Bob Strong</p>

par Tarmo Virki et Sakari Suoninen

HELSINKI (Reuters) - Le fabricant de téléphones portables Nokia a abaissé vendredi sa prévision de part de marché pour le troisième trimestre, qu'il anticipe désormais légèrement inférieure à celle de 40% du deuxième trimestre, en expliquant avoir refusé de s'engager dans une guerre des prix.

L'annonce du groupe a précipité en baisse l'action du finlandais qui a vendredi perdu 9,55% à 14,20 euros.

"Nokia s'attend à ce que le marché global des combinés portables se ressente en 2008 de la baisse de la confiance des consommateurs sur de nombreux marchés", explique le leader mondial du secteur dans un communiqué.

La marge d'exploitation de sa principale division, Appareils et Services, va tomber sous le seuil de 20% au troisième trimestre, a précisé le directeur financier du groupe, Rick Simonson, lors d'une conférence de presse.

Nokia souligne que le rétrécissement de sa part de marché peut être imputé à sa réticence à suivre les promotions agressives de ses concurrents.

"Sur certains marchés et dans certains régions, y compris sur certains marchés bas de gamme, nous avons fait face à une campagne agressive de baisses des prix et nous estimons qu'elles ne sont pas viables", a déclaré Rick Simonson.

"Il ne s'agit donc pas des marges. Nous parlons là du nombre d'unités", a-t-il poursuivi.

"Ce qui m'inquiète le plus, c'est qu'ils disent qu'il y a davantage de pression sur le marché bas de gamme", a commenté Neil Mawston, analyste chez Strategy Analytics. "C'est vraiment cela qui définit leur bénéfices, leurs volumes. Ils en tirent la plupart de leurs économies d'échelle. Ils dominent vraiment ce secteur."

Nokia tablait initialement sur une part de marché d'au moins 40% sur la période juillet-septembre.

REACTION EXCESSIVE DU MARCHÉ ?

"Nokia ne s'est pas impliqué dans la campagne de promotions agressives, estimant que l'impact négatif qui en aurait résulté n'aurait pas compensé les gains à court terme qui auraient ainsi pu être réalisés", explique le groupe nordique.

"Le fait que la part de marché de Nokia baisse au troisième trimestre par rapport au deuxième trimestre est décevant", commente Michael Schroder de Glitnir. Bien sûr, la raison est bonne: il n'a pas participé à la campagne agressive de baisse des prix."

Le groupe a toutefois indiqué qu'il maintenait son objectif d'accroître sa part de marché sur l'ensemble de l'exercice 2008, et qu'il pensait que le secteur des téléphones portables afficherait une croissance d'au moins 10% par rapport à 2007.

Simonson a également déclaré que le groupe se sentait "à l'aise" avec l'évolution prévisible de la marge d'exploitation et de la marge brute au quatrième trimestre.

"Ce qui est positif, c'est que le groupe anticipe une hausse du volume du marché par rapport au trimestre précédent et qu'il table sur une hausse annuelle du volume de 10% ou plus. Les menaces les plus inquiétantes ne se sont pas encore matérialisées", poursuit Michael Schroder.

"La réaction du marché est un peu excessive. Ce n'est pas si mal", estime pour sa part Greger Johansson, de Redeye.

L'avertissement émis par Nokia intervient après les propos prudents tenus ces derniers jours par les fabricant de composants Qualcomm et Texas Instruments.

Paul Jacobs, directeur général de Qualcomm, a déclaré lors d'un entretien accordé à CNBC que les consommateurs des pays industrialisés prenaient de plus en plus de temps pour renouveler leurs combinés, tandis que Kevin March, directeur financier de Texas Instruments, a estimé que le marché des téléphones mobiles n'était guère enthousiasmant.

Samsung, le plus proche concurrent de Nokia, a quant à lui vendu légèrement moins de téléphones au deuxième trimestre que durant les trois premiers mois de l'année. Mais Motorola, qui occupe la troisième place du marché et qui prévoit de se séparer de cette activité, a fait état d'une hausse surprise de ses ventes en volumes.

"Il y a eu une surabondance chronique sur le marché ces deux dernières années. Si Nokia n'est pas capable de surmonter cette concurrence cela soulève des questions sur les autres acteurs du marché", estime Neil Mawston, de Strategy Analytics.

Version française Nicolas Delame, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below