Nouvelles investigations de l'UE sur Microsoft

lundi 14 janvier 2008 20h57
 

par David Lawsky

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a lancé de nouvelles investigations sur Microsoft lundi, soupçonnant à nouveau de sa part un abus de position dominante.

Les produits de Microsoft auxquels la CE s'intéresse, sur plainte de la société norvégienne conceptrice du navigateur internet Opera et d'une coalition de plusieurs grandes entreprises comme IBM, sont le navigateur Internet Explorer, la suite bureautique Office et le logiciel de messagerie Outlook.

L'exécutif européen se demande si Microsoft use pour entraver la concurrence des mêmes procédés dénoncés par le Tribunal de première instance de l'UE en septembre, décision qui fut le point culminant d'une enquête antitrust de six ans.

L'exécutif européen ne porte pas d'accusations neuves contre Microsoft mais entend approfondir le dossier "en priorité" et le numéro un mondial des logiciels a fait savoir qu'il coopèrerait pleinement avec lui.

La coalition, baptisée Comité européen pour les systèmes interopérables, veut que des logiciels de traitement de texte tels qu'Open Office par exemple puisse fonctionner sans accroc avec Office.

"Si la Commission intervient, elle ouvrira à une véritable concurrence les monopoles d'Office et de Windows", commente Thomas Vinje, un avocat de la coalition, ajoutant que les entreprises pourraient également se servir d'ordinateurs tournant sous Linux et employant des suites bureautiques concurrentes d'Office.

Cette harmonisation entre les produits de Microsoft et ceux de la concurrence, la coalition la veut aussi pour Outlook et Exchange Server. Elle souhaite enfin que les applications internet mises au point par Google ou d'autres sociétés puissent fonctionner sur n'importe quel système d'exploitation.

Opera dit de son côté que Microsoft a fait en sorte que les navigateurs concurrents ne soient pas entièrement compatibles avec Internet Explorer et dénonce le fait qu'Internet Explorer soit intégré à Windows.   Suite...

 
<p>Bill Gates, fondateur de Microsoft. La Commission europ&eacute;enne a lanc&eacute; de nouvelles investigations sur le g&eacute;ant am&eacute;ricain du logiciel, soup&ccedil;onnant &agrave; nouveau un abus de position dominante de sa part sur le navigateur Internet Explorer, la suite bureautique Office et le logiciel de messagerie Outlook. /Photo prise le 6 janvier 2008/REUTERS/Rick Wilking</p>