Sommet TMT: SFR ne voit pas de ralentissement du marché français

mercredi 21 mai 2008 16h29
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - SFR ne constate pas de ralentissement du marché français de la téléphonie mobile au deuxième trimestre, a déclaré Frank Esser, le P-DG du deuxième opérateur français.

"Le marché français est toujours en croissance. Nous ne constatons pas de ralentissement du marché au deuxième trimestre", a-t-il dit lors du sommet TMT (Télécoms, médias, technologie) organisé par Reuters à Paris. "Nous restons prudents sur les perspectives pour l'ensemble de l'année", a-t-il ajouté, sans souhaiter fournir de prévisions.

Au premier trimestre, SFR, dont Vivendi détient 56% et Vodafone le solde, a enregistré une hausse de 4,1% de son chiffre d'affaires dans la téléphonie mobile, à 2,18 milliards d'euros, grâce au succès des offres 3G "Illimythics", qui totalisaient 350.000 clients en février avant d'être relancées en avril. Frank Esser n'a pas fourni de chiffres actualisés.

Il a réaffirmé l'intérêt de SFR pour des fréquences 3G supplémentaires si le gouvernement renonçait à attribuer la quatrième licence mobile 3G à un seul opérateur. Matignon a annoncé fin avril avoir commandé à l'autorité des télécoms (Arcep) une consultation publique sur le sujet, qui doit déboucher sur une proposition d'ici le 30 septembre.

SFR, qui a pris en avril le contrôle de Neuf Cegetel dont il détient désormais 80%, mène depuis lundi et jusqu'au 13 juin une offre sur le solde du capital de l'opérateur, à un prix de 35,90 euros par action, ajustée du dividende de 0,60 euro versé aux actionnaires de Neuf Cegetel le 2 mai. Frank Esser s'est montré très optimiste sur le succès de l'offre, déclarant qu'elle recevait un bon accueil.

L'entité fusionnée devrait ensuite être présentée au personnel avant l'été et au grand public à la rentrée, a précisé Frank Esser, réaffirmant l'objectif de 100 à 300 millions d'euros de synergies annuelles.

La fusion entre SFR et Neuf Cegetel donnera naissance à un nouveau poids lourd des télécoms en France, avec un chiffre d'affaires combiné de plus de 12 milliards d'euros, apte à concurrencer France Télécom au moment où s'engagent les investissements dans la fibre optique.

"Nous sommes bien préparés pour être plus qu'un challenger face à France Télécom", a déclaré Frank Esser.   Suite...

 
<p>D'apr&egrave;s Frank Esser, P-DG de SFR, l'op&eacute;rateur n'a pas constat&eacute; de ralentissement du march&eacute; fran&ccedil;ais de la t&eacute;l&eacute;phonie mobile au deuxi&egrave;me trimestre. /Photo prise le 21 mai 2008/REUTERS/Mal Langsdon</p>