30 juin 2008 / 15:59 / il y a 9 ans

France Télécom renonce à son projet sur TeliaSonera

par Cyril Altmeyer

<p>Didier Lombard, P-DG de France Telecom. L'op&eacute;rateur renonce &agrave; son projet d'offre sur TeliaSonera, faute d'accord sur les modalit&eacute;s financi&egrave;res de l'op&eacute;ration avec le groupe nordique, qui juge que l'offre le sous-&eacute;value. /Photo prise le 27 mai 2008/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>

PARIS (Reuters) - France Télécom a renoncé à son projet d‘offre sur TeliaSonera, faute d‘accord sur les modalités financières d‘une opération qui n‘avait jamais convaincu les analystes, ce qui a provoqué un net rebond du titre.

Le groupe envisage désormais de se renforcer dans certains pays européens où il est présent et redistribuer du cash aux actionnaires, a déclaré à Reuters le directeur financier Gervais Pellissier.

“Malgré l‘intérêt marqué en faveur de ce projet, le dialogue ouvert avec le conseil d‘administration de TeliaSonera n‘a pu aboutir à un accord sur les paramètres financiers”, a déclaré France Télécom dans un bref communiqué publié lundi, précisant toutefois que ce projet “n‘est pas indispensable à la mise en oeuvre de sa stratégie”.

L‘action France Télécom a clôturé en hausse de 7,19% à 18,71 euros, après avoir été réservée en hausse à l‘ouverture.

“A travers cet abandon, France Télécom montre qu‘il ne s‘inscrit pas dans une politique de taille à tout prix”, explique Vincent Griffon, analyste chez CM-CIC. “Cette annonce devrait donc rassurer les investisseurs par rapport à l‘approche du groupe en matière de croissance externe, même si des questions restent ouvertes par rapport à la stratégie en Europe occidentale”, poursuit-il.

TeliaSonera abandonne de son côté 10,40% à 44,60 couronnes suédoises, après un plus bas à 42,60. Le groupe a jugé que France Télécom n‘avait pas amélioré de manière significative les modalités de son offre qui le “sous-évalue” largement.

France Télécom avait présenté le 5 juin un projet d‘offre non contraignante en numéraire et en actions valorisant TeliaSonera autour de 26 milliards d‘euros et immédiatement rejetée par le groupe nordique. Deux semaines plus tard, France Télécom avait laissé entendre qu‘il pourrait relever la part en cash de son offre mais que sa marge de manoeuvre était “extrêmement limitée”.

France Télécom ne veut pas ramener son ratio dette nette sur marge brute opérationnelle au-delà 2,5 en cas d‘acquisition après l‘avoir ramené à moins de deux fin 2007. Le groupe vise pour 2008 un cash flow organique de plus de 7,8 milliards d‘euros dont il se réserve la possibilité de redistribuer plus de 45% aux actionnaires.

Gervais Pellissier a déclaré que l‘hypothèse d‘une distribution exceptionnelle de cash aux actionnaires cette année était désormais “plus plausible”, même si les modalités (dividende exceptionnel ou rachat d‘actions) n‘avaient pas été tranchées.

<p>Didier Lombard, P-DG de France T&eacute;l&eacute;com (&agrave; gauche) et Gervais Pellissier, directeur financier du groupe. L'op&eacute;rateur fran&ccedil;ais a renonc&eacute; &agrave; son projet d'offre sur TeliaSonera, faute d'accord sur les modalit&eacute;s financi&egrave;res de l'op&eacute;ration avec le groupe nordique, qui juge que l'offre le sous-&eacute;value. /Photo prise le 27 mai 2008/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>

MANQUE DE SYNERGIES

L‘idée d‘un mariage entre France Télécom et TeliaSonera n‘avait pas convaincu les analystes, qui pointaient le manque de synergies pour justifier le prix d‘un telle opération. Avant l‘ouverture de lundi, l‘action France Télécom a chuté de 21% depuis la publication d‘une fuite sur son intérêt pour le groupe nordique dans Le Figaro le 16 avril.

Même si le groupe n‘a pas l‘intention de procéder à une grosse acquisition en Europe pour l‘instant, la nécessité de compter de nombreux abonnés “à forte valeur”, se fera sentir au début de la prochaine décennie, avant que le mouvement de consolidation du secteur sur le Vieux continent soit en partie achevé, a expliqué à Reuters Gervais Pellissier.

“Nous ne sommes pas pressés dans les six mois qui viennent, mais peut-être, en 2011 ou 2012 si beaucoup de mouvements se sont faits et que France Télécom n‘a rien fait, nous nous trouverons en situation plus défensive”, a-t-il souligné.

Pour l‘heure, France Télécom privilégiera des renforcements dans des pays européens où il est présent. Outre la Belgique, où il détient 51% de Mobistar, le groupe est présent au Royaume-Uni, en Espagne, en Pologne, en Roumanie, en Slovaquie et en Moldavie.

TeliaSonera se retrouve, lui, confronté à des interrogations sur son avenir, les analystes ne voyant pas de nombreux candidats de précipiter pour succéder à France Télécom.

L‘Etat suédois, son premier actionnaire avec 37,3%, a toujours l‘intention de céder sa participation dans le cadre du plus important programme de privatisation jamais mené dans le pays - mais pas à n‘importe quel prix.

L‘offre de France Télécom comportait un mix de 52% en numéraire équivalant à 63 couronnes suédoises et de 48% sur le base d‘un échange de trois actions nouvelles France Télécom pour 11 actions existantes TeliaSonera.

“Notre offre à 63 couronnes a toujours été considérée comme satisfaisante, en revanche il y a eu un débat sur le rapport entre la valeur de France Télécom et la valeur de TeliaSonera”, a expliqué Gervais Pellissier. “Nous estimons que la valeur intrinsèque de France Télécom est très supérieure à son cours de Bourse d‘aujourd‘hui et qu‘on ne peut donc pas utiliser celui-ci comme monnaie d’échange”, a-t-il poursuivi.

Il a dit que le groupe avait été déçu de ne pas avoir mené cette transaction à son terme, mais conforté dans son analyse. “Les marchés disent aujourd‘hui qu‘il n‘y avait pas matière à payer TeliaSonera plus cher que la proposition que nous avions faite”.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below