France Télécom serait prêt à des concessions pour TeliaSonera

vendredi 20 juin 2008 10h12
 

PARIS (Reuters) - France Télécom serait prêt à faire de nouvelles concessions pour améliorer la nature de son offre d'achat sur TeliaSonera et emporter l'adhésion des deux principaux actionnaires, les Etats suédois et finlandais.

Contacté par Reuters, l'opérateur télécom français n'a pas souhaité commenter cette information.

Selon l'édition de vendredi des Echos, France Télécom serait notamment disposé à discuter du poids des deux Etats scandinaves dans le nouvel ensemble.

Stockholm et Helsinki détiennent respectivement 37,3% et 13,7% de l'opérateur scandinave mais cette part tomberait à 6,5% et 2,5% dans le nouveau groupe, contre 22% pour l'Etat français.

Une autre concession envisagée par France Télécom porterait sur les centres de décision du nouveau groupe.

La Suède pourrait ainsi se voir confier la supervision des activités en Europe du Nord, dans les pays Baltes et en Eurasie.

De la même manière, les unités de recherche et développement et les places de cotation boursière pourraient faire l'objet de négociations.

Selon une source proche du dossier, citée par le quotidien économique, "il faut que les Etats suédois et finlandais puissent sortir par le haut de cette affaire vis-à-vis de leur opinion publique".

France Télécom avait déclaré jeudi être en discussions avec TeliaSonera pour engager des pourparlers officiels, indiquant qu'il pourrait améliorer son offre indicative de 26,5 milliards d'euros sur l'opérateur scandinave.

Gervais Pellissier, directeur financier du groupe français a précisé que la partie numéraire de l'offre d'achat pourrait être relevée mais que les marges de manoeuvres étaient "extrêmement limitées".

Julien Toyer, édité par Yann Le Guernigou

 
<p>Didier Lombard, P-DG de France T&eacute;l&eacute;com. France T&eacute;l&eacute;com serait pr&ecirc;t &agrave; faire de nouvelles concessions pour am&eacute;liorer la nature de son offre d'achat sur TeliaSonera et emporter l'adh&eacute;sion des deux principaux actionnaires, les Etats su&eacute;dois et finlandais, selon Les Echos. /Photo prise le 27 mai 2008/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>