Maroc Telecom voit son bénéfice annuel amputé par les impôts

jeudi 13 février 2014 20h04
 

RABAT (Reuters) - Maroc Telecom a annoncé jeudi une baisse de 17,4% de son bénéfice net annuel à 5,54 milliards de dirhams (494 millions d'euros), conséquence entre autres d'une charge fiscale d'un milliard de dirhams.

Le premier opérateur télécoms marocain a versé un total de 1,5 milliard de dirhams à l'Etat dans le cadre du règlement amiable d'un contrôle fiscal mais il avait déjà provisionné 468 millions.

Son président du directoire, Abdeslam Ahizoune, a précisé que cet accord avait été conclu peu de temps avant l'annonce des résultats.

"Il s'agit d'un versement exceptionnel et il est fait désormais", a-t-il dit aux journalistes. "Cela n'a pas modifié nos résultats de manière significative."

A la Bourse de Casablanca, l'action Maroc Telecom cédait 2% à 96,00 dirhams vers 14h00 GMT.

Etisalat a conclu en novembre un accord définitif pour racheter les 53% du capital de Maroc Telecom détenus par le français Vivendi au prix de 4,2 milliards d'euros, ce qui permettra au groupe d'Abou Dhabi de renforcer sa présence en Afrique. (voir: )

Etisalat et Vivendi discutent toujours des modalités de la finalisation de l'opération, a déclaré Abdeslam Ahizoune, sans plus de précision.

Le chiffre d'affaires (CA) annuel de Maroc Telecom a reculé de 4,3% l'an dernier, ses revenus au Maroc ayant diminué de 8,1% malgré une hausse du nombre de ses abonnés à 37 millions.

Le CA a progressé de 13,9% au Gabon, de 9,3% au Mali, de 6,3% au Burkina Faso et de 9,1% en Mauritanie.

Le groupe précise avoir atteint l'an dernier son objectif d'une marge d'exploitation de 56,8%, après 56% en 2012, grâce à des réductions de coûts. Il a notamment réduit ses effectifs de 14%, soit 1.404 emplois.

Aziz El Yaakoubi, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 
Maroc Telecom, premier opérateur télécoms marocain, a annoncé jeudi une baisse de 17,4% de son bénéfice net annuel à 5,54 milliards de dirhams (494 millions d'euros), conséquence notamment d'une charge fiscale d'un milliard de dirhams. Le président de son directoire, Abdeslam Ahizoune, a précisé que cet accord avait été conclu peu de temps avant l'annonce des résultats. /Photo d'archives/REUTERS/Zohra Bensemra