Sony céderait Vaio à un fonds d'investissement japonais

mardi 4 février 2014 18h50
 

TOKYO (Reuters) - Sony négocie la cession de son activité de PC au fonds d'investissement Japan Industrial Partners afin de se recentrer sur les smartphones, rapporte mardi le journal Nikkei.

Le plan prévoit que Japan Industrial Partners crée une nouvelle société qui rependra l'ensemble de l'activité, pour un prix de l'ordre de 40 à 50 milliards de yens (292 à 364 millions d'euros), précise le quotidien financier.

La nouvelle entité, dans laquelle Sony n'aura qu'une faible participation, continuera de vendre les PC sous la marque Vaio et prendra en charge le service après-vente. Elle pourrait maintenir une présence sur les marchés étrangers où la marque Vaio est bien connue mais devrait se retirer de la plupart des pays et régions, ajoute le Nikkei.

La cession de l'activité PC entraînera une charge comptable qui fera tomber le résultat net de Sony dans le rouge sur l'exercice clos fin mars 2014 pour la première fois depuis deux ans, alors que le groupe prévoyait jusqu'ici un bénéfice de 30 milliards de yens, croit encore savoir le journal.

Le Nikkei ne mentionne pas le chinois Lenovo, que d'autres médias avaient présenté comme possible partie prenante d'une coentreprise qui rachèterait Vaio.

Vaio, marque lancée par Sony en 1996, a vu ses ventes annuelles culminer à 8,7 millions d'unités mais elles sont prévues en baisse à 5,8 millions sur l'exercice clos fin mars.

Sony était sur les neuf premiers mois de 2013 le neuvième fabricant mondial de PC, avec une part de marché de 1,9%, selon la firme de recherche IDC.

Le groupe ne publie pas de résultats par divisions mais les analystes pensent que Vaio, qui emploie environ un millier de personnes, est lourdement déficitaire.

Bureau de Tokyo, Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 
Sony négocie la cession de son activité de PC (Vaio) au fonds d'investissement Japan Industrial Partners afin de se recentrer sur les smartphones, rapporte mardi le journal Nikkei. /Photo d'archives/REUTERS/Petar Kujundzic