Accord entre SFR et Bouygues sur un partage de réseaux

vendredi 31 janvier 2014 20h16
 

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Les opérateurs SFR et Bouygues Telecom ont annoncé vendredi être parvenus à un accord sur la mutualisation d'une partie de leurs réseaux mobiles, un projet qui doit leur permettre de réduire leurs coûts face à la guerre des prix dans le secteur.

Dans le cadre de cet accord, les numéro deux et trois du mobile en France vont mettre en commun des sites et des équipements, par le biais notamment de la création d'une co-entreprise, mais ils conserveront leur indépendance en termes de fréquences et d'offres commerciales.

"Cet accord permettra aux deux opérateurs d'améliorer leur couverture mobile et de réaliser des économies significatives", ont indiqué les deux groupes dans un communiqué commun.

Les deux opérateurs n'ont pas souhaité chiffrer ces économies, renvoyant à une conférence de presse prévue lundi.

Le réseau partagé de SFR et Bouygues Telecom couvrira une zone correspondant à 57% de la population française, soit l'ensemble du territoire à l'exclusion des 32 plus grandes villes et des zones blanches.

L'officialisation de l'accord était attendue depuis l'annonce l'été dernier de négociations exclusives entre les filiales de Vivendi et Bouygues afin de riposter à la guerre des prix dans le mobile.

Déclenchée par l'arrivée de la filiale mobile de Free (Iliad) en janvier 2012, celle-ci s'est traduite par un recul des ventes et des marges des opérateurs Orange, SFR et Bouygues, qui cherchent depuis à réduire leurs coûts.

Le gouvernement et l'Arcep s'étant montrés hostiles à une consolidation pure et simple qui reviendrait à réduire le nombre d'opérateurs, la mutualisation des réseaux offre une alternative en permettant de diminuer les dépenses et de partager les investissements. Mais son application s'annonce complexe pour un bénéfice qui mettra du temps à se concrétiser, soulignent analystes et experts du secteur.   Suite...

 
Les conseils d'administration de SFR et Bouygues Telecom ont donné leur feu vert à un projet de mutualisation d'une partie de leurs réseaux mobiles. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau