Le secteur du câble en Europe en pleine phase de concentration

mercredi 29 janvier 2014 12h39
 

par Leila Abboud et Arno Schuetze et Sophie Sassard

(Reuters) - La concentration dans le secteur du câble en Europe devrait se poursuivre dans les mois à venir, avec d'un côté des fonds d'investissement qui veulent sortir du capital d'entreprises basées en Espagne, en Suède ou encore en Norvège et, de l'autre, des grands groupes comme Vodafone et Liberty Global à l'affût de la moindre occasion.

Contrairement aux opérateurs télécoms européens, les câblo-opérateurs ont enregistré une croissance soutenue de leurs ventes ces dernières années, grâce notamment à leur développement dans le très haut débit.

Leurs réseaux, conçus initialement pour la télévision, permettent désormais de faire transiter des services vocaux et des données à des vitesses souvent cinq fois supérieures à celles proposées par les opérateurs télécoms.

Le secteur est aussi en pleine mutation. Auparavant très fragmenté, avec plusieurs acteurs dans chaque pays, il est en passe d'être rationalisé sous l'impulsion notamment de l'américain Liberty Global, qui bâtit un leader européen.

Vodafone, fort de l'abondante trésorerie qu'il retirera de sa sortie de Verizon Wireless, est également entré dans la danse tandis que Numericable veut créer un champion français.

Les fonds d'investissement ont été à l'origine du mouvement de concentration du secteur il y a dix ans et ceux toujours présents espèrent aujourd'hui un juteux retour sur investissement.

"En ces temps de valorisations élevées, chaque propriétaire d'un câblo-opérateur devrait bien réfléchir à l'opportunité de sortir maintenant du capital. Pour des acheteurs stratégiques, il s'agit peut-être des dernières opportunités pour mettre la main sur un actif", dit un banquier.

RARETÉ DES ACTIFS   Suite...

 
La concentration dans le secteur du câble en Europe devrait se poursuivre dans les mois à venir, avec d'un côté des fonds d'investissement désireux de sortir du capital d'entreprises basées en Espagne, en Suède ou encore en Norvège et, de l'autre, des grands groupes comme Vodafone et Liberty Global à l'affût de la moindre occasion. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Bianchi