January 29, 2014 / 11:29 AM / 3 years ago

Le secteur du câble en Europe en pleine phase de concentration

5 MINUTES DE LECTURE

La concentration dans le secteur du câble en Europe devrait se poursuivre dans les mois à venir, avec d'un côté des fonds d'investissement désireux de sortir du capital d'entreprises basées en Espagne, en Suède ou encore en Norvège et, de l'autre, des grands groupes comme Vodafone et Liberty Global à l'affût de la moindre occasion. /Photo d'archives/Alessandro Bianchi

par Leila Abboud et Arno Schuetze et Sophie Sassard

(Reuters) - La concentration dans le secteur du câble en Europe devrait se poursuivre dans les mois à venir, avec d'un côté des fonds d'investissement qui veulent sortir du capital d'entreprises basées en Espagne, en Suède ou encore en Norvège et, de l'autre, des grands groupes comme Vodafone et Liberty Global à l'affût de la moindre occasion.

Contrairement aux opérateurs télécoms européens, les câblo-opérateurs ont enregistré une croissance soutenue de leurs ventes ces dernières années, grâce notamment à leur développement dans le très haut débit.

Leurs réseaux, conçus initialement pour la télévision, permettent désormais de faire transiter des services vocaux et des données à des vitesses souvent cinq fois supérieures à celles proposées par les opérateurs télécoms.

Le secteur est aussi en pleine mutation. Auparavant très fragmenté, avec plusieurs acteurs dans chaque pays, il est en passe d'être rationalisé sous l'impulsion notamment de l'américain Liberty Global, qui bâtit un leader européen.

Vodafone, fort de l'abondante trésorerie qu'il retirera de sa sortie de Verizon Wireless, est également entré dans la danse tandis que Numericable veut créer un champion français.

Les fonds d'investissement ont été à l'origine du mouvement de concentration du secteur il y a dix ans et ceux toujours présents espèrent aujourd'hui un juteux retour sur investissement.

"En ces temps de valorisations élevées, chaque propriétaire d'un câblo-opérateur devrait bien réfléchir à l'opportunité de sortir maintenant du capital. Pour des acheteurs stratégiques, il s'agit peut-être des dernières opportunités pour mettre la main sur un actif", dit un banquier.

rareté Des Actifs

Deux personnes proches du dossier ont dit mardi que Vodafone et Liberty Global étaient en lice pour racheter Grupo Corporativo Ono , le principal câblo-opérateur espagnol.

Ono a annoncé à la fin de l'an dernier son projet de s'introduire en Bourse, suivant l'exemple de Numericable, mais pourrait changer d'avis en cas de réception d'une offre d'au moins sept milliards d'euros, ont dit des banquiers.

Parmi les autres possibles introductions en Bourse dans le secteur figurent celle du suédois Com Hem, détenu par BC Partners , celle du norvégien Get AS, propriété de Goldman Sachs et Quadrangle, et celle d'une autre société espagnole, R, détenue par CVC , disent des sources bancaires.

Ono est aux mains de Providence Equity Partners, Thomas H. Lee Partners, CCMP Capital et Quadrangle Capital Partners.

Les entreprises visant une mise sur le marché veulent tirer parti de l'appétit des investisseurs exacerbé par une série d'opérations menées par Liberty Global et Vodafone.

L'opérateur télécoms britannique a racheté il a quelques mois le premier câblo-opérateur allemand, Kabel Deutschland, pour 7,7 milliards d'euros.

Liberty Global a annoncé lundi l'acquisition du câblo-opérateur néerlandais Ziggo pour 10 milliards d'euros. En février 2013, l'américain avait racheté Virgin Media, deuxième opérateur de télévision payante au Royaume-Uni derrière BSkyB, pour 15,75 milliards de dollars (11,59 milliards d'euros).

Certains analystes pensent que Liberty pourrait tenter une nouvelle fois de racheter les 42% du belge Telenet qu'il ne détient pas, un an après avoir échoué à prendre la totalité du capital de l'entreprise.

Après la mise sur le marché réussie de Numericable, Altice, maison mère du câblo-opérateur français, va à son tour faire son entrée en Bourse, vendredi à Amsterdam, dans l'espoir de lever 1,3 milliard d'euros.

Patrick Drahi, président exécutif d'Altice, espère que la cotation de Numericable et Altice lui donnera l'assise financière pour orchestrer un rapprochement avec SFR, deuxième opérateur mobile en France.

Vivendi, propriétaire de SFR, et Patrick Drahi en avaient discuté l'an dernier mais les pourparlers avaient achoppé sur le prix.

Patrick Drahi voudrait reprendre les négociations, mais il n'est pas sûr que Vivendi soit dans les mêmes dispositions alors qu'une introduction en Bourse de SFR est attendue pour l'été prochain.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below