Les actionnaires de Telecom Italia contre l'éviction du conseil

vendredi 20 décembre 2013 23h32
 

par Danilo Masoni et Stefano Rebaudo

ROZZANO, Italie (Reuters) - Les actionnaires de Telecom Italia ont, à une courte majorité, voté contre la proposition de l'investisseur dissident Marco Fossati, appelant à une éviction de l'ensemble du conseil d'administration du premier groupe de télécoms italien.

A l'issue d'une réunion qui a duré plus de sept heures, une minorité de 42,3% des votants se sont prononcés pour la proposition de Marco Fossati, troisième actionnaire de Telecom Italia avec 5%, 50,3% ont voté contre et 7,4% se sont abstenus.

Marco Fossati a pris acte du résultat du vote, tout en disant qu'il était prêt à poursuivre le combat contre ce qu'il considère être l'influence croissante de l'espagnol Telefonica au sein de Telecom Italie

Le vote de ce vendredi a en effet opposé Marco Fossati au véhicule d'investissement Telco, contrôlé par Telefonica et qui comprend également des institutionnels italiens. Avec ses 22,4%, Telco a nommé la majorité des administrateurs actuels.

"C'est un signal fort du marché et il doit être entendu. Mais nous avons été tout près de la victoire et nous continuerons (...)", a dit Marco Fossati à des journalistes, précisant qu'il soumettrait une résolution visant à permettre une plus grande représentation des actionnaires minoritaires au conseil d'administration.

Le mandat du conseil actuel expire en avril.

Sous la houlette de son nouvel administrateur délégué, Marco Patuano, l'opérateur historique cherche à redresser son activité en modernisant son réseau en Italie et à céder ses actifs pour réduire son endettement qui dépasse les 28 milliards d'euros.

LE SORT DE LA FILIALE BRÉSILIENNE DE TELECOM ITALIA   Suite...

 
Les actionnaires de Telecom Italia ont, à une courte majorité, voté contre la proposition de l'investisseur dissident Marco Fossati, appelant à une éviction de l'ensemble du conseil d'administration du premier groupe de télécoms italiens. /Photo prise le 20 décembre 2013/REUTERS/Alessandro Bianchi