Assemblée générale décisive pour Telecom Italia

jeudi 19 décembre 2013 20h48
 

MILAN (Reuters) - Les actionnaires de Telecom Italia se retrouvent vendredi pour une assemblée générale cruciale où ils devront se prononcer sur une proposition d'éviction de l'ensemble du conseil d'administration, jugé trop favorable à Telefonica par des investisseurs dissidents.

Sous la houlette de son nouvel administrateur délégué, Marco Patuano, l'opérateur historique cherche à redresser son activité en modernisant son réseau en Italie et à céder ses actifs pour réduire son endettement qui dépasse les 28 milliards d'euros.

Les actionnaires dissidents emmenés par l'homme d'affaires Marco Fossati craignent que le groupe ne brade sa filiale brésilienne de téléphonie mobile TIM Participacoes, concurrente de la filiale Vivo de Telefonica qui domine le marché brésilien.

Ils dénoncent aussi la récente décision de Telecom Italia d'émettre pour 1,3 milliard d'euros d'obligations convertibles - qui aura pour effet de diluer leur participation - et la vente de ses 22,7% dans Telecom Argentina pour 960 millions de dollars (713 millions d'euros).

Le vote de vendredi oppose Marco Fossati, troisième actionnaire de Telecom Italia avec 5% du capital, au véhicule d'investissement Telco, contrôlé par Telefonica et qui comprend également des institutionnels italiens. Avec ses 22,4%, Telco a nommé la majorité des administrateurs actuels.

ISSUE INCERTAINE

Sur le papier, Fossati semblait avoir peu d'espoir de l'emporter mais il a reçu depuis le soutien de deux cabinets de conseil aux investisseurs - ISS (groupe MSCI) et Glass Lewis -, ce qui rend l'issue du vote plus incertaine.

A ce jour, plus de 53% des actionnaires de Telecom Italia se sont enregistrés pour l'assemblée générale, ce qui signifie que Telco devra avoir le soutien d'autres investisseurs pour repousser la tentative de putsch.

Pour être adoptée, la proposition doit recueillir les suffrages d'une majorité de 50% plus une voix.   Suite...

 
Les actionnaires de Telecom Italia se retrouvent vendredi pour une assemblée générale cruciale où ils devront se prononcer sur une proposition d'éviction de l'ensemble du conseil d'administration, jugé trop favorable à Telefonica par des investisseurs dissidents. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Bianchi