Les eurodéputés veulent aller vite sur la protection des données

mardi 22 octobre 2013 12h41
 

STRASBOURG (Reuters) - Le Parlement européen espère un accord rapide avec les Etats-Unis sur le renforcement de la protection des données personnelles après un vote intervenu en commission qui prévoit de lourdes amendes contre les entreprises violant les règles.

Aiguillonnés par l'affaire Snowden, du nom de cet ancien consultant de la National Security Agency (NSA) qui a révélé que de grandes entreprises de l'internet transmettaient des informations sur leurs clients européens aux services secrets américains, les groupes politiques sont allés au-delà des propositions de la Commission européenne.

Les entreprises qui transmettraient des données personnelles hors de l'Union européenne, sans l'autorisation d'une autorité nationale compétente, seraient menacées d'une amende de 100 millions d'euros ou de 5% de leur chiffre d'affaires mondial, ont-ils décidé lundi soir lors d'un vote lundi soir en commission des Libertés civiles.

La Commission européenne proposait un million d'euros ou 2% du chiffre d'affaires pour une telle infraction, dont l'ampleur a été illustrée par de nouvelles révélations sur l'espionnage dont la France est la cible.

"Le Parlement a répondu à sa mission. Nous sommes dans l'ère post-Prism (le nom du programme de surveillance de la NSA révélé par Edward Snowden), dans l'ère post-Snowden", a dit mardi le député socialiste grec, Dimitrios Droutsas, co-rapporteur du projet législatif.

"La balle est dans le camp du Conseil. Nous espérons qu'il enverra un signal clair (lors du sommet de) vendredi pour que cette réforme puisse être adoptée avant les prochaines élections (de juin 2014), a ajouté le député vert allemand Jan Albrecht, autre co-rapporteur.

Parmi les points forts sur lesquels se sont accordés les groupes politiques, l'obligation pour tout organisme ou entreprise souhaitant utiliser des données personnelles d'une personne d'obtenir son consentement explicite.

LOBBYING DES GÉANTS DU NUMÉRIQUE

La proposition présentée par la Commissaire Viviane Reding en janvier 2012 doit remplacer une directive de 1995 diversement appliquée par les Etats membres et rendue obsolète par le développement d'internet et des technologies numériques.   Suite...

 
Le Parlement européen espère un accord rapide avec les Etats-Unis sur le renforcement de la protection des données personnelles après un vote intervenu en commission qui prévoit de lourdes amendes contre les entreprises violant les règles. /Photo d'archives/REUTERS/Pawel Kopczynski